Yohann Sama Music (YSM)

ParMicka

Yohann Sama Music (YSM)

Nous sommes allés à la rencontre de YSM, jeune DJ et producteur de musique Raw/Xtra Raw. Un artiste en devenir qui va vous faire très très mal…

Pour commencer cette interview, peux-tu te présenter brièvement ?

Je m’appelle Yohann, j’ai 20 ans, je suis en licence assistant de manager. Passionné de son depuis tout petit, je suis plus connu sous le nom de YSM (qui vient du nom de ma chaîne youtube Yohann Sama Music, ce sont les initiales). Je suis DJ et producteur, anciennement de son de teuf style hardtek et tribecore. Maintenant je suis plus dans le hardstyle raw et l’X-tra raw.

Comment as-tu découvert la raw ainsi que l’univers qui l’entoure ?

J’ai commencé à écouter du hardstyle vers 2007 / 2008 (enfin à l’époque c’était plus du jumpstyle et de la tek). Malgré mon “départ” vers le monde des free et de la core, j’ai continué à écouter du hardstyle (euphoric pour le coup). Un pote m’a fait écouter du raw et honnêtement j’aimais pas du tout, puis un jour je suis tombé sur une track (Gunz For Hire – May God Be With You All) (paie ton nom à rallonge) et j’ai kiffé tout de suite. Puis j’ai découvert d’autres artistes beaucoup “mieux” à mon goût style Malice, Rooler, Warface, Radical Redemption etc…  J’ai tout de suite préféré parce que ça tapait largement plus, c’est à ce moment-là que j’ai compris où je voulais être.

Pourquoi as-tu particulièrement accroché à ce genre de musique plutôt qu’un autre ? Qu’est-ce qui t’attire le plus dedans ?

Contrairement à mon aspect calme et tranquille, j’ai toujours aimé les styles de musique un peu « vener ». Ayant été bercé dans le hard rock et le punk, ça m’était destiné… Quand j’étais au collège j’écoutais pas mal de metal et de hardcore (la fameuse époque du premier megamix d’Angerfist héhé). Je me répète, mais j’aime quand ça tape dans le fond (la musique hein) ! Bon après ça ne m’empêche pas d’écouter d’autres styles plus calmes comme de la house, de la minimal ou de la variété française.

Tu dis que ça t’étais destiné, ce serait donc ce qui t’as poussé à te lancer dans cette voie ?

Exactement. Comme j’étais beaucoup sur le son de teuf mais également sur du « mainstream » j’étais parti sur un objectif de faire une musique dans chaque style de techno.  Au fur et à mesure c’est la Raw qui a pris le dessus sur le reste.

Cela fait combien de temps que tu fais de la musique ?

J’ai eu mon premier double lecteur CD + enceintes à l’âge de 7 ans avec quelques lumières, j’animais des soirées dans la famille. J’ai eu mon premier contrôler vers 11 -12 ans mais le fait de seulement mixer ne suffisait plus, j’ai donc commencé la compo en 2015.

Tu sembles être plus attaché au djing qu’à la production ?

Oui, j’essaye de compo, je m’améliore mais c’est pas encore ça. Je me sens pas encore prêt à sortir un son sur un label. C’est surement dû au fait que je suis très impatient et que j’ai du mal à rester concentré autant de temps sur un son… Quand j’y arrive c’est l’inspiration qui n’est pas là.

YSM producteur et dj raw

Au niveau du djing par contre j’ai eu mon premier booking en club l’année dernière (au 2.8.7 à côté de Laon dans le 02), un warm up raw à une soirée hardcore.  En novembre  j’ai fait la sono complète de l’anniversaire d’un pote. J’ai pu mixer avec Azylium et Wars Industry de chez Exode Records ! Plus récemment, j’ai joué au North Kick Festival avec en guest Malice, Rooler (mes artistes préférés en plus), D-Fence, Ohmboy et TerrorClown.

Qu’est-ce que tu as pu ressentir lorsque tu as mixé sur le même festival que tes idoles ?

De la fierté, mais aussi du stress, beaucoup de stress. Malheureusement j’ai mixé en début de soirée donc ils n’étaient pas encore là, mais comme d’habitude c’était une super soirée avec eux (au fur et à mesure des soirées on s’est liés d’amitié). J’ai même pu leur offrir un t-shirt YSM !

En plus de ta récente carrière d’artiste, tu nous as expliqué un peu plus tôt que tu gères une chaine youtube du nom de Yohann Sama Music. Voudrais-tu la présenter ?

C’est une chaîne que j’ai démarrée en 2014. A la base j’uploadais des jeunes artistes pour essayer de leur faire de la pub, l’exemple le plus flagrant c’est Relakztek. Quand j’ai commencé à mettre ses musiques en ligne, il devait avoir une centaines d’écoutes sur Soundcloud, on ne peut plus en dire de même aujourd’hui. Je mettais également des mix que je faisais (frenchcore à l’époque), puis un jour c’est parti en cacahuète : environ 6 mois après l’upload d’un mix appelé “2015 1st frenchcore mix” (qui n’était pas si ouf que ça d’ailleurs), il est passé d’environ 1 000 vues à 20 000 ! Ça continuait d’augmenter de jours en jours (mon nombre d’abonnés également). Aujourd’hui faute de temps (et de flemme) je ne poste plus autant de vidéos, juste les sons des copains pour continuer à leur faire de la pub, des mixs raw que j’enregistre et comme toujours, le premier mix frenchcore de chaque année.

J’envisage prochainement de recycler la chaîne et de proposer des vlogs basé sur les festivals et events ou j’irai, faire des vidéos en face cam où je parle de son, mes coups de coeur du moment etc… Rien n’est fait pour l’instant car je parlerais bien évidemment en français, mais le problème étant que j’ai énormément d’abonnés étrangers (notamment allemands) donc je suis en pleine réflexion.

Pour conclure, as-tu un message ou des conseils à transmettre à tes abonnés ou aux jeunes DJ et producteurs qui souhaiteraient tenter leur chance ?

Si vous en avez envie, faites-le, ne prenez pas en compte les critiques (non-constructives genre « c’est de la merde »). Ne baissez jamais les bras et persistez, il n’y a pas de bons résultats sans travail, que ça soit pour le mix comme pour la compo. En ce qui concerne le mix, entraînez-vous à mixer à l’oreille, sans regardez l’écran si vous n’avez pas de platines qui fonctionnent sans logiciel. Pour finir, ne vous dites pas « DJ » trop tôt, entraînez-vous pour faire des bons trucs !

Retrouvez YSM sur le web :

 

 

À propos de l’auteur

Micka author