Archive de l’étiquette Relakztek

ParMicka

Relakztek

Nous sommes allés à la rencontre de Relakztek, producteur et liver frenchcore originaire de Montauban.

Pour commencer, peux-tu te présenter brièvement ?

Je m’appelle Relakztek, je suis producteur de son et liver, c’est-à-dire que je crée entièrement mes morceaux sur le logiciel fl studio à partir de samples (pour partir sur un remix) ou vraiment partir de rien, juste avec des idées en tête.

Je produis mes compositions et remix sur fl studio et je live sur le logiciel Ableton live.

Je compose depuis 2012 environ dans les styles tribecore, frenchcore et dernièrement un peu hardcore.

Tu ne te focalises donc pas sur un genre en particulier ?

On va dire que ça a changé avec le temps. Au début j’étais très focalisé sur la tribecore, plutôt mélodique, les premiers Darktek… J’ai grandi avec ça et j’ai tourné ma production musicale vers d’autres horizons avec le temps

Pourquoi as-tu particulièrement accroché à ce genre de musique plutôt qu’un autre ? Qu’est-ce que ce cela t’apporte ?

C’est surtout pour la musicalité : pour moi, les mélodies ça exprime des sentiments, un ressenti sur le moment. Souvent, quand on écoute du hardcore, on n’a pas toute cette musicalité : c’est plus basé sur la force et la puissance d’attaque. J’ai un passé de musicien et j’ai toujours été porté par les mélodies depuis petit.

Pourquoi es-tu passé de la tribecore au frenchcore ?

Il s’est passé comme une espèce de choc, une claque que j’ai prise à un teknival fin 2016. Je suis parti avec des potes au teknival de Garchy pour y jouer ; la nuit y’a eu beaucoup de frenchcore, ça m’a marqué énormément… J’ai fait la teuf 2 nuits là-bas, je suis rentré et direct j’ai commencé à faire des kick bass frenchcore. Quand ça va pas dans ma vie, quand je déprime, j’arrive à extérioriser dans le frenchcore, c’est plus ”badass ” et imposant que la tribecore. L’important pour moi c’est de toujours garder cette touche ” mélodique ”

Considères-tu le frenchcore comme ta marque de fabrique aujourd’hui ?

On peut dire que le frenchcore est le style qui m’a amené une sorte de notoriété en Europe (Suisse, Allemagne, Pays-Bas, Italie). Je trouve que le frenchcore produit est en général très limité en mélodie et composition musicale, c’est dommage ! Il  y’a beaucoup de points communs sur la construction du style par rapport à la tribecore, la hardtek… Je dirais qu’aujourd’hui, oui,  le frenchcore est un peu comme ma marque de fabrique.

Peux-tu nous dévoiler quelques-uns de tes projets ?

Haha, j’essaie de partir un peu sur du hardcore ces derniers temps, sur des kicks assez agressifs tout en gardant mes influences frenchcore.

Pour conclure cette interview, as-tu quelques conseils à donner à ceux qui débuteraient dans cette voie ?

Oui… Essayez de faire ce que vous aimez, ne pas faire du son pour juste vouloir passer en boite ou avancer dans le ” milieu ”, il ne faut pas brûler les étapes. Si on veut vraiment progresser et s’en donner les moyens on y arrive. Il faut savoir être solitaire et supporter le fait d’être enfermé chez soi sur de longues périodes, ne pas avoir peur de faire des sacrifices car on n’a rien sans rien. J’aurai jamais cru possible de me retrouver à jouer 2 fois en Suisse en 2 mois, donc lâchez rien et croyez en votre musique !

Retrouvez Relakztek sur le web :