Archive de l’étiquette electronic producer

ParMarius Sergent

Noize Son

C’est l’été, alors on reste dans le sud avec le soleil, la chaleur et pour accompagner tout ça, un bon son techno qui gratte, qui tourbillonne et qui nous fais voyager au confins de la musique souterraine et libre !!! Bienvenue dans le monde de Robin Aka Noize Son.

Merci à toi d’avoir accepté et de prendre le temps de nous répondre, alors tout d’abord, peux-tu te présenter et nous dire comment t’es venu l’envie de faire de la musique ?

Salut et tout d’abord merci à toi !! Alors pour me présenter, je m’appelle Robin Baldy, j’ai 28 ans, je suis né à Montpellier et j’ai toujours aimée la musique. Plus jeune, j’étais très attiré par la musique rock, hard-rock, métal. J’étais déjà dans le besoin d’en faire : j’ai voulu tester la guitare mais trop compliqué et à mes 14 ans, j’ai découverts les boîtes de nuit sur Montpellier…
La première a été le Barlive et c’est là que j’ai découvert la techno.
Quelques mois plus tard, j’ai eu la chance de découvrir FL Studio et depuis, je ne l’ai plus jamais lâché… ça a été une grande histoire d’amour avec ce logiciel, malgré les coupures d’électricité de mes parents car je faisais trop de bruit ou trop de boom boom, d’où : le fils du bruit (Noize Son).

Quels sont tes artistes/labels de prédilection en ce moment ?

Je reste très fidèle aux artistes qui m’ont marqué plus jeune et que j’écoute toujours, car pour moi, ils sont uniques dans leurs styles, comme Vitalic, Oliver Huntemann, Trentemoller, ou encore Anthony Rother. Aucun d’eux ne ce définit vraiment dans un style, mais c’est de la pure techno, chacun à leurs sauces et ils ne sont généralement pas trop copié .

Quelle est ta philosophie, ta conception de la production ?

Pour moi, il faut se laisser aller, ne pas trop réfléchir et laisser la musique s’écrire toute seule. Je ne cherche pas à creer une copie de ce qui me plaît, ou une musique qui ressemble au courant du moment, mais à composer ce qui me fais danser moi, dans mon studio.

J’ai vraiment horreur de ce que j’appelle les tracks parallèles : souvent quand un track marche bien, certains se jettent sur de la reproduction pour s’assurer qu’ elle marche aussi, mais c’est ce qui tue la beauté des morceaux.

Comment as-tu appris à composer ?

Seul et très lentement. Ça m’a pris plusieurs années et beaucoup de GB pour apprécier mes compositions.
Je n’ai jamais aimer regarder les autres faire sur le net. Ça ma fait perdre du temps, mais rien ne vaut mieux que d’apprendre par soi-même. Du coup, c’est des centaines d’heures passées sur mon PC, à bidouiller FL Studio et tous les logiciels qu’ il comporte. C’est souvent en sortie de boîte et en after avec des amis que j’apprends le plus.

Quels matériels et logiciels possèdes-tu dans ton home studio ? Recherches-tu des spécificités techniques particulières ?

Pour les logiciels, j’utilise principalement FL Studio avec pas mal de synthétiseurs virtuels comme le Gladiator de chez Tone 2 ou Sylenth de chez Native Instrument. J’aime beaucoup triturer dans tous les sens pour trouver la sonorité qui vibre en moi et j’y passe même très souvent beaucoup de temps. Où sinon en matériel, j’ai la tour PC, un apc400mk2, un piano contrôleur Axiom et pour jouer mes tracks, j’utilise Aileron, mais je ne le comprend pas aussi bien que FL Studio.

Comment puises-tu ton inspiration pour composer ? Quels sont tes influences en matière de production ?

Sûrement dans les vagues d’émotions que je traverse durant les années.
Il y a aussi des années productives et d’autres très blanches, sans aucune production, tout dépend de l’état moral, mais l’inspiration revient toujours !!

Je n’ai pas vraiment d’influences dans la production, j ai voulu apprendre tout seul, ce qui me vaut donc mes lacunes en la matière. Après pour moi, il faut que mes productions soient comme un feu, qui brûle doucement, s’enflamme et puis s’éteint… ou comme une bonne montée qui finit bien…

Comment te positionnes-tu sur le débat entre l’analogique et le numérique ?

Je n’ai connu pour l’instant que le numérique mais l’analogique dois être plus enivrant.
Mais ce n’est pas ce qui fait la différence entre un bon et un mauvais morceau, de la bonne musique sort dans les deux camps… et la musique reste le plus important.

Pour toi, c’est quoi un bon producteur en musique électronique ?

Un bon producteur, c’est celui que tu ne définis pas par un style mais par un caractère…

Développes-tu des prestations lives ? Préfères-tu jouer en tant que liver ou DJ ?

Je n’ai, pour le moment, fait aucune prestation en live, mais pourquoi pas en faire un futur projet, et je suis plus dans la composition, j’ai lâché le mix pour faute de matériel.

Quels sont tes projets à venir ?

Pour le moment aucun, mais je suis ouvert à tous les projets qui portent sur la techno…

Merci pour toutes ces réponses, le mot de la fin?

Si vous voulez faire un tour dans mon monde, c’est sur mon Soundcloud et surtout, laissez l’inspiration venir de vous même et pas du hit radio du moment !!