Pheromone

pheromone_artisteFondateur de l’association Interaktion Elektro Projekt, Phéromone est aussi un passionné du mix. Sa richesse musicale rime avec l’éclectisme de ses DJ sets : pour lui, la musique électronique est avant tout une affaire d’art et de culture. Il se moque des faux débats (vinyle vs MP3 / underground vs commercial) tant que la playlist du DJ contribue à faire voyager son dancefloor !

Facebook | Mixcloud

DJ | Rhône (69)

BIOGRAPHIE

A l’âge de 13 ans, il achète par hasard la compilation « House 89 » : son walkman joue alors en boucle S’Express, Inner City et Paula Abdul. Il porte des badges smiley fluos à la mode et découvre les sonorités de la TB 303 via DJ Pierre, Hithouse et Confetti’s. A l’âge de 16 ans, il fréquente régulièrement le club Trance Europe Express à Cran-Gévrier : les DJs résidents mélangent subtilement les hits commerciaux d’Eurodance (Corona, 2 Unlimited, Dr Alban) et les hits underground durant la zone rouge (Legend B, Yves Deruyter, Lunatik Asylum).

Durant l’année 1999-2000, il étudie l’ethnologie à l’université Lyon II et fait un stage au sein de l’association Keep-Smiling. Il rencontre alors Syspéo (Jumping Bass), Symbioze (Electroclust) et Krispaglia (Da House Family Project) avec qui il se lie d’amitié. Il rentre chez Electroclust, participe à l’organisation de rave-parties et fréquente des artistes comme D’Jamency, Parral-lel ou encore Agoria. Il apprend à mixer sur Technics MKII aux sons de la Drum & Bass (Aphrodite, Roni Size, Grooverider) et prend le pseudo Junglebluenight. En 2003, il monte le webzine Lyon Electronik pour aller en soirée gratuitement et accroitre son réseau : il réalise alors des interviews et des rapports de soirées avec les artistes, labels et organisateurs des soirées locales.

En 2004, il s’installe à Paris et fait la connaissance de DJ Crazyman (ElectrOne) avec qui il monte l’association Underground Projekt. Il organise ses premières soirées dans la capitale (Café Cherie, Thé’Oz Bar, Café Bataclan) avant de gérer la résidence des soirées « Ice cream » au Trucmush. Il fait ses premiers pas en tant qu’animateur radio avec l’émission « keep-smiling » sur ElectrOne. En 2005, il monte le projet webzine Paris Electronik qui devient partenaire média des acteurs locaux (Batofar, Rex Club, Technorama…) avant d’avoir un rayonnement national (Name festival, Nordik Impakt, Nuits Sonores…). Son nom de scène DJ devient Inter@ktion avec des sonorités plus techno influencées par les labels Goodlife (Oxia, The Hacker, Human Body), Intec (Carl Cox), Primate (Umek), Terminal M (Monika Kruse) ou encore International Deejay Gigolo (Vitalic, David Carretta). Il développe aussi un concept B2B en DJ set avec son acolyte Crazyman sous le pseudo Pheromone puis Criime Parfait. Il s’essaie à la production avec Fruity Loops mais abandonne rapidement pour se concentrer sur le mix.

En 2007, de retour sur Annecy, il rencontre Nicolas Laborderie avec qui il monte l’association Interstice. Il obtient un prix défi jeune de la région Rhône-Alpes qui permet au projet d’avoir ses premiers financements. Le webzine devient un partenaire média incontournable sur Lyon et travaille en collaboration avec le magazine Starwax. Anthony crée le projet All Elektro en 2010 en partenariat avec le label Cryogen records. Il devient alors agent artistique et gère la carrière de 6 artistes, dont Le Barde (Cryogen) et Dolby D (Mirage). Il s’occupe de la programmation des soirées « Last night a DJ saved my life » au club Kaméléon à Grenoble.

En 2010, il s’éloigne un temps du milieu de la culture pour diriger des recherches scientifiques et des projets de prévention sur les drogues en milieux festif techno. Il publie 2 articles sur la prévention et la réduction des risques en milieu festif (édition Dunod) et 1 article sur la stigmatisation du milieu techno via le phénomène drogue (édition Camion Blanc). Il revient à ses premiers amours pour la musiques électroniques en 2012 en créant l’association Phéromone Productions sur Annecy avec ses amis Le Barde (Cryogen) et BiN’ère (Rewind Musik). Il organise le festival Vibration(s) au Brise Glace en 2013 et 2014 : l’évènement propose des concerts, des apéromix, des formations (MAO, mix, histoire des musiques électroniques) et un tremplin DJ. Il fait émerger de nouveaux artistes comme Gustav Evatsug (gagnant du tremplin DJ), Hipster Owl (résident Jaipur Café) ou encore DJ Dake (résident Le Natalya). Il développe également les soirées « Lick my beat » Chez Drey et développe pleinement son activité de DJ en jouant aux Jeudis Electro (Feeling & Sound), à la fête de la musique d’Annecy, en free-parties (Synopthik) et aux soirées qu’il organise.

En 2016, Anthony cherche à se professionnaliser dans le milieu de la culture, et plus spécifiquement au sein des musiques électroniques. Il monte l’association Interaktion Elektro Projekt pour réunir ses passions pour le journalisme et la promotion d’artistes. Il fait le choix de reprendre son nom de scène Pheromone, forme de synthèse de son parcours culturel et musical.

Pheromone est aujourd’hui un concept DJ proposant des sets très variés allant de la techno à la house, en passant par la trance, la drum & bass, le breakbeat ou encore le dubstep. Son expérience de la culture électronique et de la scène lui permet de s’adapter aux publics, d’avoir une playlist mêlant des tracks d’hier et d’aujourd’hui avec un seul objectif : faire parler les émotions du dancefloor en lui apportant du plaisir et du smile.

EXPÉRIENCES SCÉNIQUES

Festivals : Vibrations (Annecy), Les Jeudis Electro (Evian-les-Bains)

Clubs : Manoir de Laraldia (Orléans), Batofar (Paris), 287 (Paris), Purple Lounge (Evian-les-Bains)

Bars : Café Chérie (Paris), Thé’Oz (Paris), Mixer Bar (Paris), Café Bataclan (Paris), Le Gast (Paris), Le Trucmush (Paris), L’Ile Enchantée (Paris), Le Garden’s pub (Villefranche/Saône), Ruby’s (Annecy-le-Vieux), Le Verre Luisant (Annecy), Chili’In (Evian-les-Bains), La Brasserie du Général (Evian-les-Bains), Le Natalya (Evian-les-Bains), Jaipur café (Annecy), L’Appart du 17 (Annecy)

Salles de concerts : Le Brise Glace (Annecy), Chez Drey (Seynod)

Free-parties : Néosphère (Haute-Savoie), Synopthik (Savoie / Haute-Savoie), Baless’Tek (Rhône)

Divers : Fête de la Musique (Colombes, Annecy), Keep-Smiling (Lyon)

Radios : Radio Pluriel (Lyon), Max FM (Grenoble), ElectrOne (webradio), radio LFO (webradio), FunAlpes (webradio)

DJ SET

Retrouve l’ensemble des mix de Pheromone sur mixcloud