Nomade

ParRichard B

Nomade

Rencontre avec Tim Burel, Dj / Producteur et fondateur de NOMADE, un projet de performance live et entièrement dédié à la musique et au voyage. Ayant la volonté d’être totalement indépendant, ses lives se produiront dans n’importe quel endroit du monde, à n’importe quel moment uniquement pour le plus grand bonheur de ceux qui écouteront.

Peux-tu te présenter ainsi que les diverses activités qui te lient à la musique électronique ?

Bonjour, Je m’appelle Tim Burel, j’ai 21ans et je suis Dj depuis 5ans en résidences et fondateur du projet NOMADE.

Peux-tu nous parler de tes influences musicales ? Qui t’as donné envie d’être Dj ?

J’ai envie de dire mon grand frère (rire). Pendant mon enfance et ma pré-adolescence, toute la musique que j’écoutais était celle venue de la chambre de mon frère, qu’il mettait à fond chaque soir. Ça empêchait mes parents de dormir mais personnellement j’aimais ça! C’est sans doute lui qui a créé une grande partie de ma culture Rock avec des artistes comme Santana, Pink Floyd, The Police, Gorillaz, The Eagles, Red Hot Chili Peppers etc… Des années plus tard mon grand frère et des amis a lui se rendaient souvent dans des raves et j’avais jamais le droit d’y aller (étant trop jeune). Je ne comprenais pas pourquoi cela m’était totalement interdit mais aujourd’hui je me rend compte. Étant l’organisateur d’un festival qui s’appelait Microcosme, un genre de festival Psy-Trance, Techno, Dubstep … c’est là ou j’ai commencer à découvrir ce qu’était un Dj et ce qu’il faisait. J’ai voulu faire pareil tout simplement parce que j’aimais cette ambiance !

Tu as plusieurs étiquettes en tant qu’artiste : Dj, Producteur et également ton concept NOMADE. Comment arrives-tu a gérer et réaliser toutes ces activités en plus de ta scolarité ?

En rassemblant le tout ! Mon travail de Dj me permet de garder la main et encore approfondir ma technique tout en payant mon école et NOMADE, mon projet personnel, se développe grâce à l’école d’ingénieur son que j’effectue en ce moment ! C’est pas facile, c’est du 6 jours sur 7 avec un rythme de nuit et un rythme de jour mais quand on est passionné on ne compte plus ses heures (rire).

Parles-nous de ton concept NOMADE. Comment est né le projet ? Et où souhaites-tu l’emmener ?

Le projet NOMADE part tous simplement d’un after de soirée avec deux potes. Le projet NOMADE c’est le fait de créer une performance live que l’on diffuse dans les lieux les plus insolites et les plus beaux du globe. Autrement dit c’est de la musique, des voyages, des rencontres, des paysages. Au départ nous étions 3 Djs. Hugo Berness, Alex Marrel et moi. Nous débattions sur le sujet du Clubbin’ et comment il était pervertit aujourd’hui et on voulait faire notre truc. Diffuser de la musique de la manière que l’on voulait sans que personne nous dicte ce que nous devions faire. Tout les trois on est des grands amoureux de la musique et on voulait la diffuser au maximum possible avec la plus grande simplicité possible. Dans n’importe quel endroit du monde, sans aucune barrière ayant juste le but de partager avec ceux qui écouterons… En toute humilité. Un délire entre potes qui à finit par être un projet mais chacun à ses défauts. Alex est partit de son côté abandonnant l’idée, et Hugo finit part déménager à Bruxelles. Je mène du coup la barque seul, et j’essaie de mener ce projet a bien. Le but c’est de créer une vraie performance live avec machines et instruments, de faire le maximum d’endroits magnifiques et insolites possible, et bien sûr un album en s’inspirant des voyages effectués.

Chacun de tes shows NOMADE font des dizaines voire des centaines de milliers de vues. Comment expliques-tu un tel succès et notamment ton show fait à la cascade du Rouget qui a fait plus d’un million de vues ?

Il faut savoir avant tout que l’histoire de la Cascade du Rouget est la plus grande chance que j’ai eu de ma vie. Des rencontres inoubliables, au départ je me suis installé là-bas et vu l’endroit si paisible j’avais peur, beaucoup plus peur de gêner, qu’autre chose. Au final une trentaine de personnes faisaient un séminaire de Yoga et dès qu’il entendirent la musique il ont couru tout autour de moi pour danser et profiter. C’est un moment qui restera gravé à tout jamais dans ma mémoire. Pour moi ce qui à fait la réussite de la vidéo c’est parce qu’elle veut tout dire : Les sourires, le lieu complètement fou, le temps qui était magnifique, les gens, l’ambiance, le partage … Je ne parle pas de commerce, je ne parle pas de business, je ne parle pas d’intérêt, je donne tout simplement, en attendant rien en retour. C’est uniquement du partage, et de la simplicité : nature, voyage, musique. On a tous notre message à transmettre, et je le fais a travers la musique et j’ai comme le besoin quelle soit diffusée partout et non uniquement là ou on me dit de le faire…

En plus de NOMADE, tu viens de démarrer une nouvelle résidence au BOOMBOX CLUB à Annecy (74), un club plus porté sur le R’n’b que la House music. Quelles ont été tes motivations pour ce nouveau projet ?

L’école. Honnêtement mon école me coûte plus de 1 000 euro par mois, j’ai que 21 ans, j’ai pas forcement d’économies mais j’ai des rêves. Alors j’utilise ce que je fais de mieux pour financer mes études. Disons qu’au lieu d’investir dans des choses futiles, je décide d’investir dans mon projet.

Côté production, as-tu des projets en cours ?

Alors oui j’ai des projets, notamment un gros projet d’album mais pour cela j’ai encore pleins de chose à voir et à apprendre mais des tracks sont déjà là mais ne sortirons pas avant la sortie de l’album. Peut être que je sortirai un EP avant je sais pas trop encore mais avec l’école ça ira tous seul ! 🙂

Quel est ton TOP 3 des tracks que tu joues en ce moment ?

Nora En Pure: Tears in Yours Eyes

Purple Disco : Devils in Me

Camel Phat : Drop It

Trois ambiances différentes, et trois émotions que j’aime.

Que peut-on te souhaiter pour l’avenir ?

Tout ce que tu veux !

Le mot de la fin…

La devise de NOMADE : La musique reste avant tout un partage avec un état d’esprit libre !

MERCI !

Retrouvez Tim Burel sur le web :

À propos de l’auteur

Richard B editor