Missily

ParHigh Potential

Missily

Bonjour Missily : peux tu te présenter en quelques phrases ?

Bonjour à toute l’équipe d’Interaktion. Je m’appelle Émilie, connue sous le pseudo de Missily. J’ai 29 ans et j’habite à coté de Marseille. Je suis dans la musique depuis une dizaine d’années.

Quel est ton héritage musical avant de rencontrer la musique électronique ? Comment es-tu rentrée en contact avec la musique électronique ?

Dès petite, j’ai été bercée par du son, tous style confondu. Dans notre famille nous aimons beaucoup la musique : mon père est un chanteur amateur tout comme l’était mon grand-père. Je voulais écouter la musique différemment, je suis allée chercher plus loin en achetant mes premières platines en 2007.

Qu’est-ce qui t’as motivée à devenir DJ dans la scène électro ? Comment as-tu appris à mixer ? As tu un style de prédilection dans les genres musicaux ?

J’ai appris à mixer en autodidacte et en développant mon propre univers musical en solitaire. J’ai été repérée par l’association Minimal Addiction (Ian Solo, Tom Selekt) qui m’a donnée mes premières chances. Le son évolue mais j’ai toujours aimé le style électronique. Des sons allant de la deep, tech-house jusqu’à une techno dynamique et ultra rythmée, avec des touches mélodiques ou pas, tintée de grosses basses.

Comment te positionnes-tu sur le débat vinyle vs CD vs MP3 ? Toi-même as-tu essayé diverses technologies ?

Je n’ai pas d’avis précis. J’utilise actuellement des platines CDs. Je complète mon matériel avec des contrôleurs de nouvelle génération via le logiciel Traktor. J’essaie de maîtriser tous ces différents supports car je pense qu’il est indispensable de savoir s’adapter à toutes ces nouvelles technologies. Il faut être polyvalent et de nos jours les interfaces sont assez faciles d’utilisation et procure de nombreuses options accessibles.

 Je vois que tu as déjà jouée au Monaco International Clubbing Show (2013), Nuits Sonores Off (2013),Gay Pride Lyon (2014-2015), Festival Electro (Toulon 2016) : parle- nous un peu de tes dernières dates justement ? As-tu une résidence ?

J’ai une résidence occasionnelle depuis 4 ans au Live Station DIY à Lyon, ce qui m’a permis de mixer pour les Nuits sonores off ainsi qu’à la marche de la Gay Pride. J’étais résidente au casino de Cassis pendant trois ans de 2012 à 2015. Ce fut un contexte spécial étant donné que c’était du son ambiance adapté et très varié par rapport à la clientèle. En 2016, j’ai été résidente dans un after sur Marseille. Je personnalise mes mix au maximum, tout en gardant de la souplesse. Je m’adapte musicalement aux différentes scènes qui me sont proposées, festivals, émissions de radio, clubs, bars, afters, plages privées… Toujours à la recherche de nouveautés.

 

Comment rentres-tu en contact avec les organisateurs ? As-tu un manager, booker ?

Les organisateurs rentrent directement en contact avec moi car je n’ai pas de manager. Je demande pas mal de conseils à ma famille et mes amis de longues dates qui me soutiennent depuis mes débuts.

As-tu un statut professionnel ? Vis-tu de la musique ou as-tu un travail à coté ?

J’ai un statut pour pouvoir exercer mon métier de DJ car j’exerce mon activité dans différents contextes musicaux. Il est actuellement difficile de vivre seulement de sa musique… Je n’ai actuellement plus de travail à coté, donc pourquoi pas me consacrer uniquement à cela.

Composes-tu ? Si oui peux-tu nous parler un peu plus de tes tracks et de la façon dont tu t’inspires pour composer ? Sinon penses-tu t’y mettre un jour ?

J’ai composé du son il y a quelques années mais  je me suis jusqu’à maintenant concentrée sur le Djing. Je pense à ce jour qu’il est nécessaire de produire du son pour trouver son identité musicale. Pourquoi pas remettre à jour des morceaux qui ne sont jamais sortis ?

Quel est le futur pour Missily en 2017 ?

J’ai toujours ma résidence au Live Station DIY sur Lyon. Je mixe prochainement au Spartacus Club au coté d’Amélie Lens. J’ai une date future sur Paris. Les dates suivent leur cours.

Ton plus grand rêve dans la musique, ça serait quoi ?

Mon plus grand rêve serait bien sur de mixer sur de grosses scènes avec les plus gros artistes de la scène électronique et d’être en osmose avec le public histoire de lui donner la sensation de vivre un instant musical unique !

Peux tu me citer 3 morceaux qui te touchent particulièrement ou qui ne quittent jamais ton bag lors de tes soirées ?

Claude VonStroke “Can’t wait” (Dirty Bird, 2013)

Marc Houle “Techno vocal” (M_nus, 2007))

Gary Beck “Video siren” (BEK Audio, 2013)

Un petit mot de la fin ?

Merci l’équipe d’Interaktion pour votre invitation.

Retrouve Missily dur le web

Facebook

YourDj

À propos de l’auteur

High Potential administrator