Miskeyz

ParLoïc Pineau

Miskeyz

A l’occasion de la sortie de son premier album « Memories » sur French House Records le 5 octobre, nous avons rencontré le producteur lyonnais Miskeyz pour mieux connaître son parcours.

D’où vient ton nom de scène, « Miskeyz » ?

Miskeyz est un mot-valise amélioré, en fait j’ai réuni deux mots, “Miss” et “Keys” qui signifient “oublier” et “clés” en anglais. Pour l’anecdote, cela remonte à la base du projet, il y a maintenant quatre ans environ. En pleine écriture des premiers morceaux, dont Under The Sun, j’ai oublié plusieurs fois mes clés dans mon appartement et me suis donc retrouvé souvent bloqué dehors, ce qui m’a permis de réfléchir à ce nom de scène (rires) !

Comment définirais-tu ta musique ?

C’est assez compliqué de classer sa musique dans un genre précis, j’aime beaucoup de styles et j’ai énormément d”influences. Je n’aime pas me mettre des barrières quand je compose donc il m’arrive de partir parfois dans des directions totalement opposées. Les points communs que j’essaye de faire ressortir dans mes morceaux sont principalement des mélodies et harmonies développées, des rythmiques progressives et appuyées, et de l’émotion. Si on devait donner un genre à mes morceaux, il s’appellerait « deep house mélodique ».

Quelles sont tes plus grosses influences ?

Mes influences principales sont les artistes du label Hungry Music (N’to, Worakls, Joachim Pastor…) que j’écoute beaucoup. Dans le même registre j’écoute aussi beaucoup David AugustKölsch, Daniel Avery pour l’ambient techno, Boris Brejcha pour la dark minimal, Rone, Thylacine, Bonobo, ou encore Kiasmos.

Parle-nous de ton album Memories qui sort dans quelques semaines.

Memories, c’est mon plus beau projet depuis que Miskeyz existe. C’est la note finale à trois années de travail. Il comporte douze morceaux dont dix inédits. La sortie est en cours, six morceaux sont déjà disponibles et six autres arrivent pour le 5 octobre, la date officielle de sortie de l’album. C’est un projet que je suis content de clôturer, terminer un album, en être satisfait et le sortir représente un travail de titan même à mon niveau. Aujourd’hui je peux à nouveau me projeter vers la suite. De retour des États-Unis, j’écris actuellement des nouveaux morceaux pour un prochain EP.

Comment s’est déroulé la rencontre avec ton label, French House Records ?

French House Records est un petit label qui était basé sur Toulouse lors de notre rencontre. Nous avons été mis en contact par un ami et collègue de travail qui fait parti de la famille du label manager. Nous avons donc commencé à travailler sur un premier EP, Fireworks, à distance. Puis le label a déménagé à Lyon, ce qui a grandement facilité nos échanges et le travail sur l’album.

Qu’aimes-tu dans la performance live ?

Les performances lives sont les choses que je préfère dans ce projet, mes premières scènes ont demandé beaucoup de travail de préparation technique et de répétition. Lorsque je joue mon live, je rentre dans un état de concentration extrême qui me fait oublier presque tout, je fais corps avec les morceaux et je les ressens. J’aime beaucoup tester les nouveaux morceaux en live, car cela me permet de voir comment le public va réagir et comment je ressens également le morceau.

De quels machines et logiciels est composé ton set ?

Mon set est construit sur Ableton Live que je contrôle avec un Launchpad Novation et un Launch Kontrol XL Novation également. Je joue également des mélodies sur un petit clavier MIDI et sur un carillon. J’ai aussi ajouté des pads et une guitare dans le set. Il y a aussi une partie vidéo qui est lu par un deuxième ordinateur, piloté directement en MIDI par Ableton Live.

(c) Miskeyz Facebook Page

Quels sont les tracks ou artistes que tu écoutes le plus en ce moment ?

Au risque de paraître narcissique, en ce moment j’écoute en boucle les nouveaux morceaux sur lesquels je travaille (rires) ! Cela me permet d’avancer dessus et d’entendre les petites choses qui doivent être corrigées. Sinon, pendant les vacances, j’ai écouté le nouveau titre de P.N.A.U., Go Bang, Vanille Fraise de l’Impératrice, The Blaze, le dernier album de Bonobo, et Kiasmos, toujours !

Quel est ton meilleur souvenir de scène ?

Mon premier live qui s’est déroulé le 26 Mai 2017 au Square Delfosse dans le cadre d’un extra des Nuits Sonores. Je n’avais aucune idée de l’impact sur le public, et j’ai été très surpris de voir que les gens ont très bien répondu ! C’est un souvenir que je garderai toute ma vie je pense.

Quels sont tes futurs projets ?

J’aimerais donner un élan supplémentaire au projet en m’entourant d’une véritable équipe. Aujourd’hui j’ai déjà une petite équipe technique et une équipe vidéo (PNE – Party Never Ends) qui m’aide à développer mon visuel sur les réseaux sociaux. Ce qu’il me manque c’est un agent ! Et pour ce qui est de la suite musicale, je prépare actuellement un EP, que vous entendrez sûrement lors de mes prochains sets !

Troisième teaser de l’album ‘Memories’, sortie prévu le 5 octobre sur French House Records

 

Retrouvez Miskeyz sur Internet :

À propos de l’auteur

Loïc Pineau author