Maxime Timpano

ParRichard B

Maxime Timpano

Rencontre avec Maxime Timpano, Dj et producteur, originaire de la ville de Roussillon dans l’Isère (38).

Peux-tu te présenter en quelques mots ?

Alors en quelques mots, je suis un jeune trentenaire qui, au lieu d’aimer le foot, comme tous les mecs de mon âge, a toujours préféré la musique… J’ai rapidement compris que la musique allait jouer un grand rôle dans ma vie et qu’elle me suivrait de partout ! Il est impossible de pouvoir être heureux dans la vie s’en elle.

Qu’est-ce qui t’as motivé à devenir Dj dans la scène électro ?

La passion pour cette musique, le faite d’avoir toujours assisté à beaucoup de concerts. Bien évidemment la démocratisation du Djing, (belle industrie du rêve lol…), l’envie de partager, le besoin d’expression, quelques opportunités, et bien sûr l’envie de faire danser !!! Mais faire danser les gens qui partagent l’amour de ce genre musical !

Quels sont tes artistes et labels de prédilections en ce moment ?

Mes artistes : Hawtin, Villalobos, Carola, Fatboy slim, Sebastien Leger, Guanlong, Teets, David Gtronic, et énormément d’autres…

Mes Labels : Real Rhythm, Fragments, Saint & Don’t, Minus, Perlon, BlowUp Music, etc… 

As-tu une résidence ? Comment procèdes-tu dans le démarchage de tes soirées ?

Oui au Cargo Bar, un bel établissement bar à bière, vin et spiritueux, avec une capacité d’environ 350 personnes, complet chaque weekend, c’est le pied !!! Je ne démarche pas mes soirées, je suis Dj et producteur… pas promoteur lol. Généralement les organisateurs me contactent, mais bon les bookings restent trop peu fréquents.

As-tu un statut professionnel ? Vis-tu de la musique ou as-tu un travail à coté ?

Oui je suis auto-entrepreneur depuis bientôt 7 ans en mars, j’ai une disco-mobile qui tourne plutôt très bien, environ 400 prestations. Je travaille en semaine évidemment, aucun Dj local ne peut vivre de la musique, du moins sauf celui qui se contente de peu, et aime profiter des APL et du RSA.

Tu es Dj mais tu est également producteur, Comment as-tu appris à composer ?

J’ai appris grâce aux conseils de super gars comme Teets et Juanito, autrement, en pratiquant des heures et des heures !!! Peu de mecs sont prêt à prendre du temps pour t’apprendre et te donner de bons conseils. Il y a, hélas, trop peu de partage dans ce milieu, ce qui est dommage car c’est ce que la musique électronique et ces représentants prétendent revendiquer…

Pourquoi as-tu choisi de produire ce type de sonorités ? As-tu déjà produit d’autres genres ?

Souvent j’ai cherché à produire certains genres parce que ça marchait à l’époque, mais je n’arrivais pas à terminer une piste. Puis un jour j’ai fais ce que j’aimais vraiment produire et les sorties ce sont enchainées, j’aime quand ça raconte une histoire, quand c’est sombre et qu’il y a de la basse !!!

Comment puises-tu ton inspiration pour composer ? Quelles sont tes influences en matière de production ?

Je ne m’impose aucun rythme, parfois je ne touche pas à mon home studio pendant 3 mois parce que le temps, l’humeur, l’envie sont très importants pour pouvoir sortir un truc. Mes influences sont la Minimal, Micro House, Dub, Reggae, Hip-hop, Funk, etc..

Comment te positionnes-tu sur le débat entre musique électronique underground et commerciale ? Quel est ton point de vue sur l’EDM ? Les free-parties ?

Tu sais, il en faut pour tout le monde lol. À la fin tout le monde s’y retrouve !! Underground (si on peut appeler ça comme ça, avec tout le fric qu’il génère), EDM ? lol c’est un peu comme le débat VINYLE ou CD, on en finira jamais ! Moi perso, c’est pas ma came après pour avoir vu des vidéos de festivals EDM, c’est grandiose, lights de dingue, scènes immenses, les gens ont l’air de passer du bon temps 😉 et c’est le plus important !!! Free-parties ? Bien-sûr, certainement toujours trop de drogues mais les gens y aiment le son !

Le mot de la fin…

Bin, je dirais COURAGE à tout ceux qui souhaitent faire parti de l’illusion du monde de la musique dite électronique. Ne vous prenez pas trop le chou, trouvez votre plaisir par vous même, mais ne vous attendez pas à parvenir aux strass et paillettes !!! L’underground est devenu commercial et seule l’élite peu y prétendre…

Retrouvez Maxime Timpano sur le web :

À propos de l’auteur

Richard B editor