Made In France

ParAnthony Beauchet

Made In France

Entrevue avec Made in France, l’organisation varoise conceptrice des BIG FUN et du Portissol Festival.

Peux-tu nous présenter Made In France en quelques phrases ?

C’est une organisation qui a pour but de promouvoir la musique et la culture 2.0 en essayant de toujours privilégier notre région (le Var) avant tout.

Comment est né ce projet ? Comment tout ça s’est mis en place au départ ?

J’ai commencé par la musique électronique en 2007 en montant un groupe qui a bien marché, avec quelques tournées sympas pendant plusieurs années. Par la suite, ne voyant pas de soirées un peu plus “underground” vers Toulon, les gens m’ont suggéré de les organiser moi même. Made In France s’est créé le 14 juillet 2012 et depuis, on essaye d’évoluer doucement mais correctement.

Plus de 20 éditions pour tes soirées « Big Fun » : comment expliques-tu le succès de ces soirées ? Y a-t-il encore des choses que tu aimerais faire dans ces soirées ?

Le Barathym à Toulon m’a fait confiance depuis sa réouverture et on entame la troisième saison ensemble cette année. « Big Fun », c’est un clin d’œil à l’histoire du Barathym et une référence au morceau du même nom signé Inner City. Il y a une identité house qui revient en force (et dont on peut voir le succès dans le sud au R2 à Marseille notamment) avec une surenchère de têtes d’affiches programmées. À notre niveau et avec le budget disponible pour les événements « Big Fun », nous ne programmons pas de headliner mais des artistes ayant une grande culture musicale et une grande passion pour la musique. Nos trois résidents, Teetwo Mariani, Jo.Z & InfĀnt qui jouent régulièrement, en sont la preuve.

Tu organises aussi le Portissol Festival : comment se passe le travail avec les guests ? Ouvres-tu ce festival à de jeunes talents et à des artistes locaux? Est-ce dur d’être un festival gratuit ?

Depuis l’été 2015, on a crée le Portissol Festival. Le plus gros du travail est de trouver les artistes et constituer un line up “sexy” en respectant le budget. C’est pas facile car c’est un festival gratuit, donc l’investissement est risqué. Mais nous avons la chance d’avoir la confiance du Bard’ô qui nous aide de ce côté là, ainsi que la scène locale que nous programmons en général en warm up pour ce style d’événement.

Etes-vous ouvert à tous les genres dans vos soirées électroniques ? Comment opères-tu la sélection dans la programmation de tes soirées ?

Nos soirées varient de genres musicaux et donc de programmation. Nous aimons la musique au sens large, et nous essayons de trouver le meilleur. On peut passer d’une programmation House à une programmation Hip Hop : le seul mot d’ordre c’est la qualité à chaque fois.

Quels sont tes artistes de prédilection en musiques électroniques ? Quels artistes aimerais-tu inviter à jouer dans tes soirées ? Comment composes-tu la programmation de tes soirées ?

Personnellement, j’ai une grande affection pour le duo Justice qui m’a beaucoup influencé quand j’ai commencé la musique. Donc c’est un peu un rêve de les programmer en live. Sinon on peut parler d’artistes comme Laurent Garnier, Kerri Chandler, Black Coffee, Jeremy Underground ou des labels comme D KO records qui font une percés fulgurante en ce moment. Pour la programmation, nous essayons de créer un lien avec l’artiste avant tout. La musique est un partage : il ne suffit pas seulement d’appeler un agent et lui demander combien ça coûte!

Travailles-tu en partenariat avec d’autres organisateurs de soirées ? Organises-tu des soirées ailleurs en France ou à l’étranger ?

Ce n’est pas facile et j’ai beaucoup été déçu par les collaborations que j’ai put faire ici. Je trouve que c’est devenu une mode d’être “organisateur de soirées”. Je ne pense pas qu’il suffit de distribuer des flyers et récupérer des subventions pour être un bon programmateur et promoteur. Mais comme on dit, à plusieurs nous sommes plus forts. Depuis cette année, je travaille avec Teetwo Mariani, artiste et programmateur reconnu dans notre région. Nous sommes sur la même longueur d’onde personnellement et artistiquement. Pour la réalisation de nos événements, on a décidé de mettre en commun nos réseaux et savoirs-faires pour encore évoluer et grandir.

Avec ton expérience des soirées, qu’est-ce qui a évolué aujourd’hui sur la scène électronique par rapport à tes premières soirées ? As-tu le sentiment que le public est reconnaissant du travail que tu fais ?

Selon moi, la plus grande évolution c’est le nombre croissant de soirées autour de la musique électronique, parfois au détriment du public. Les grosses machines et gros festivals programment des line up avec de plus en plus de stars mais qui sont souvent les mêmes. On peut reprocher à des soirées généralistes de passer toujours le même Top 50 ; mais le manque d’originalité peut s’appliquer aussi à la musique un peu plus underground. Le public en est aussi la raison. C’est très compliqué de faire déplacer les gens dans le Sud. Le public reste très exigeant et un nombre de facteurs importants est à prendre en compte lors de l’organisation d’un événement (lieu, météo, prix, accès, parking, tête d’affiches…). Dans le Var, les gens veulent des soirées gratuites avec tous les samedis Laurent Garnier en warm up. On y travaille 😉

Hormis l’organisation d’évènementiels, développes-tu d’autres projets ? Quel est ton rapport au mix et à la production ?

Je m’occupe de l’ambiance sonore pour toutes sortes d’établissements (hôtels, restaurants, shops…) en France et à l’étranger. J’ai travaillé pour la chaine de magasin Printemps et Citadium sur de l’événementiel et de la programmation ainsi que pour la Fashion Week lors de défilés. Personnellement, je mixe et produit aussi sous le nom de “NOVA”.

Quels sont les projets à venir pour Made in France ?

Beaucoup de projets en ce moment. Mais nous sommes discrets et faisons très attention à notre manière de communiquer : on vous donne rendez-vous sur notre page pour les prochaines actualités 😉

Le mot de la fin ?

Un grand merci pour l’intérêt que vous nous portez. La vie nocturne Varoise n’est pas simple mais nous sommes toujours aussi motivés pour vous proposer notre vision des choses et de la musique… En espérant qu’elle vous plaise.

Pour de plus amples informations sur Made In France :

 

 

À propos de l’auteur

Anthony Beauchet administrator