Jon Wall

ParRichard B

Jon Wall

Rencontre avec Jon Wall, jeune Dj et producteur Grenoblois de Techno et House dont lui seul à le secret… A découvrir sans attendre, venez plonger dans son univers !

Peux-tu te présenter en quelques mots, d’où vient ton nom d’artiste, et comment décrirais-tu ton style musical ?

Mon nom d’artiste fait appel à mes prénoms dans la vie courante, le prénom JON est l’équivalent de mes noms dans différents pays, et vu que chacun de mes prénoms à une origine sentimentale j’ai voulu tous les regrouper dans un celui de JON. Et pour WALL, c’est un hommage au Vieux Manoir – Club avec ces murs en pierres apparentes, qui ont été les premiers à me donner ma chance.

Mon Style musical peut être décrit en 2 mots ; Banger & Intense… On me dit souvent que mes sets sont nerveux, puissants et j’aime bien faire des montées aussi bien harmoniques et énergiques. Donc mon style varie entre la Techno, la House, mais aussi des styles plus Electro comme la Bass House, la Dubstep, l’Electro House…

Quel est ton héritage musical avant de rencontrer la musique électronique ?

Avant d’être dans un style de musique plus électronique, j’écoutais presque uniquement le groupe Linkin Park, ces sonorités muse métal, couplées avec des sonorités électro fait que ce groupe reste unique en son genre. Puis avec les années, ils ont évolué vers des sons plus électroniques, est-ce pour cela que moi aussi je me suis laissé séduire par ce style de musique? Sûrement, j’ai dû évoluer avec eux à ce moment là.

Quel est ton parcours jusqu’ici ?

J’ai commencé à mixer pour des anniversaires, booms ou soirées entre amis vers l’âge de 16 ans, puis j’ai appris en autodidacte jusqu’à ce que je rencontre mon ami Dj M’O’PLAY qui va me donner l’envie d’aller plus loin, de pousser dans le métier de Dj. J’ai ensuite fait la rencontre de mon mentor le Dj résident du Vieux Manoir club, et c’est à partir de ce moment là que j’ai découvert la Techno, la House et l’univers underground. Tout ceci m’a emmené à mixer pour Lite Licht Record, au Drak-art, La Suite, le Café Noir, la salle Eve…

Jeune diplômé de l’école DJ NETWORK de Lyon, que t’as apporté cette formation, toi qui était déjà Dj dans un club Grenoblois ?

Cette formation à été incroyable, aussi bien sur le plan des connaissances que j’ai pu acquérir, que sur les rencontres et l’expérience humaine. J’ai beaucoup appris sur les moyens de la communication, réalisation de flyers, du Community Management… Mais surtout sur la production musicale. Nous avions 2 professeurs qui sont des bêtes de producteurs musical. Et c’est grâce à cette formation que je voulais  apprendre la création musicale pour pouvoir produire mes propres sons mais aussi réussir à m’exprimer au travers de la musique.  Sans compter les techniques de mix avancées qui m’ont permis d’élever mon niveau et proposer une prestation d’un autre genre.

Quels sont les genres électroniques que l’on peut entendre dans tes soirées ?

Ça dépend un peu… Disons que l’on peut entendre de la Techno, de la House, de la Tech House… Disons que ce sont les styles qui sont plus pour le coté underground, après je prépare un show mêlant mix et instrument nouvel génération sur de la Bass House avec des influences Dubstep.

Donc disons pour faire simple que je suis sur un univers électronique variable en fonction de mes envies.

Depuis peu tu te lances dans la production. Peux-tu nous en dire un peu plus ? Quel(s) style(s) ? Quelle(s) inspiration(s) ?…

Pour l’instant je suis actuellement en pleine composition de plusieurs morceaux, mais rien n’est finalisé, je préfères sortir quelque chose d’abouti, que de me précipiter, car je veux créer quelque chose à chaque morceau où l’on se dise « ça c’est Jon Wall c’est clair, il y a que lui pour faire un morceau aussi bon ». Donc sa avance mais je recherche beaucoup par moment des manières de faire, de créer ou réaliser.

Pour le moment il y a de la Techno très inspirée du Mau5trap le label de Deadmau5, mais aussi de la Tech House tirée des sons que peut sortir le label Hotfingers. Donc je cherche à faire pour le moment des sons proche d’une Techno que je dirais moderne et « dancefloor » . Mais je suis très inspiré de mes idoles comme Deadmau5, Laurent Garnier, Rezz, No Mana…

Quel est ton meilleur souvenir de prestation ? Et le pire ?

Mon meilleur souvenir à été au Drak-art pour une soirée avec le BDE Arsh, on m’a dis de “tout casser” et se fût chose faite, le public fût ravi et j’ai même depuis des « groupies » que je ne connaissais pas et qui après mon set sont venues me voir pour me dire « tu nous as fait rêver », depuis ils me suivent de temps en temps sur mes prestations et cela fait super plaisir.

Le pire… houlà, c’est difficile à dire… Je ne dirais pas le nom du club car sa pourrait être mal interprété mais je devais faire un remplacement pour un résident, et ce Dj m’a plus que mal conseillé sur le club, je me suis retrouvé à jouer bien trop classe pour le public qui attendait des morceaux plus généralistes chose que du coup je n’avais pas forcément… Une longue soirée qui m’a value quelques remarques mais bon… j’en étais encore à mes débuts j’ai donc appris pour plus que cela ne recommence.

Quel est ton TOP 3 des tracks que tu joues en ce moment ?

Alors il y a  :

Pursuit de Gesaffelstein

Shred de Lektrique

Right This Second de Deaudmau5

Quelle est la prochaine étape pour toi et  que nous réserves-tu pour les mois qui arrivent ?

La prochaine étape est de sortir avant cet hiver certaines de mes tracks qui sont en cours de réalisation en les signant dans des labels. Après je suis actuellement en train de voir plusieurs établissements sur Lyon comme le bar “Les Platanes” dont j’ai le plaisir de mixer le 30 juin. Avec aussi la signature comme représentant d’une marque de vêtement. Et je compte bien organiser aussi une tournée avec mon agent artistique dans une destination que l’on garde pour l’instant secrète mais qui fera rêver le public qui me suit.

Le mot de la fin…

Je reprendrais une phrase de Friedrich Nietzsche qui disait « La vie sans musique est tout simplement une erreur » donc écoutons et écoutez de la musique, beaucoup de musique…

Vous pouvez le suivre sur le net :

À propos de l’auteur

Richard B editor