Greg Delon

ParMarius Sergent

Greg Delon

Acteur majeur de la scène électronique du sud, que ce soit lors de ces prestations Dj Set en bar/club/festival en France et à l’étranger, en production avec des tracks qui ont marqué les charts, en tant qu’organisateur à travers A-Nîmés et, histoire d’occuper un peu ses journées, boss du label Way Of House: voici Greg Delon !!

Déjà merci d’avoir accepté mon invitation et de prendre le temps de me répondre! Peux-tu commencer par te présenter et comment t’es venu la passion pour la musique?

Salut, je suis donc Greg Delon, j’ai plusieurs casquettes, la première c’est « Dj » « je passe de la musique pour faire danser les gens ! »
De l’autre côté je suis président de l’association A-Nîmés, je gère le label Way Of House et la société événementielle Double V. Je suis également producteur house ou techno.

La passion pour la musique m’est venue vers 13 ans, en écoutant The Cure, mon groupe culte. Plus tard, au lycée j’ai commencé à écouter de la techno avec des potes qui avaient des platines, notamment Bastien Grine et à mes 18 ans j’ai commencé à sortir en choisissant les lieux ou événements où je pouvais écouter de la house ou de la techno.

Comment se porte la culture électronique près de chez toi ? As-tu le sentiment qu’il y a une scène locale spécifique?

Niveau clubs, lieux ; c’est compliqué. Sur Montpellier il reste le PZ, le Dieze, L’Antirouille ou le Rockstore qui font des programmations.
Mais on est très loin du compte, quand on regarde il y a encore quelques années en arrière où il y avait des gros clubs « moteurs » ou bien des plages qui programmaient de la musique électronique. Du coup les associations locales et les promoteurs ont moins de place pour s’exprimer, mais je trouve tout de même que tout le monde se « bouge le cul… » on a tout de même de belles choses, des beaux festivals et de beaux artistes qui passent dans le coin. « Big Up » à tous les acteurs de la scène 😉

Quels artistes ou labels ont influencé ta conception du mix?

Je ne préfère pas citer d’artistes, il sont nombreux et mes inspirations évoluent… Niveau label, je dirai KOMPAKT, putain de bon label, ils n’ont pas de limite, ils ont leur identité mais ils peuvent faire de l’ambiant à la techno, en passant par la house. Ils osent, et ils durent depuis tant d’années ; respect. D’autres labels m’ont influencé bien sur et continuent de se retrouver dans mes sets Defected, Knee Deep In, Rejected, Dirty Bird…

Pourquoi as-tu choisi de mixer ce type de sonorités ? As-tu déjà mixé d’autres genres?

Ça c’est mes inspirations de labels… mais je joue de tout… j’ai pas de limites. Il m’est arrivé de jouer du flamenco!

Tu as sorti des EP remarqués, comme par exemple « Valley Of Nowhere » sur le label Way Of House, du coup, quelle est ta philosophie, ta conception de la production?

Pour ce EP, j’ai fait « MYWAY » qui est un des mes titres (perso) favoris ; je l’ai fait en 6 heures… alors qu’en général je mets des semaines à faire un truc qui me plait. Ensuite j’ai vachement bossé le track en studio pour le porter plus loin, le monter d’un cran. Je me suis entouré de mes potes du label pour la post-production, car je voulais qu’il sonne bien, mieux que ce que je pouvais faire seul.
Il n’y a pas de règles, je ne m’en fixe pas. Je produis au moment comme ça me vient. La seule chose que je me dis c’est «comment les gens vont réagir en l’entendant?», du coup je fais de nombreuses versions que je teste avant… cet été j’ai joué pleins de tracks, que je fais évoluer suivant le retour du public, je dois les finir à la rentrée.

Comment puises-tu ton inspiration pour composer ? Quels sont tes influences en matière de production?

Pour composer en général je m’inspire des sets que je joue au même moment… ça me donne une direction.

Maintenant passons à ta casquette d’organisateur de soirées, comment choisis-tu les têtes d’affiche? Des artistes que tu aimerais avoir?

Ça dépend si je les fais pour moi ; je me fais plaisir ! ou si je les programme pour quelqu’un, car au final il y a toujours un objectif, un « résultat à atteindre ».
Quand je programme pour A-Nîmés, on essaye d’inviter des artistes d’autres associations de la région par exemple sur nos apéros techno, pour le festival A-Nîmés pour les headliners ; ça dépend de l’actualité, de l’histoire qu’on peut avoir avec l’artiste ou de ce qu’il représente pour nous sur notre région etc.
Il y a trop d’artistes qu’on aimerait voir pour les citer.

Quand je programme pour Way Of House, c’est toujours des artistes du label avec l’actualité la plus forte, et en général un invité qui a fait un remix ou une collab avec nous…

Si c’est pour Double V, j’ai un cahier des charges, style, cible public, une stratégie que je mets en place avec mon client…

Développes-tu tes soirées au niveau local ou exportes-tu tes concepts ailleurs en France ou à l’étranger ?

Oui, on a pu faire des soirées Way Of House un peu partout en France ; Paris, Bordeaux, Lyon, Marseille, Carcassonne, Avignon, Toulouse, Chamonix, Orléans… Pas trop à l’étranger.

As-tu le sentiment que le public électronique est spécifique selon l’endroit où tu joues ? Quelles différences/ressemblances as-tu pu noter ?

Oui ça peut arriver qu’un public soit plus ou moins pointu, plus ou moins attentif… mais en général, le public sait ce qu’il vient écouter.

Et on garde le meilleur pour la fin, Greg Delon patron de label ! Quelle est ta vision aujourd’hui du monde des labels, et plus largement du marché de la musique électronique ?

Pour un label c’est compliqué d’exister… à part si tu fais du vinyl, et hormis quelques sites comme Beatport où tu as des pages labels, tous les sites de streaming ne référencent pas les labels… ils sortent les morceaux d’un artiste, on a des «pages artistes». Mais rien niveau label. Et le travail pour avoir un profil certifié au nom de ton label sur Spotify, Deezer et toutes les plateformes est long et pénible. Même sur Soundcloud, il te faut prétendre à chaque download que tu ais les droits pour mettre tes tracks. Sur des centaines de sites on retrouve nos tracks, nos artistes mais pas notre label. C’est très con… Voilà ma vision. On est en 2018, on peut pas nager à contre courant on s’adapte !

Du coup il faut s’accrocher, investir du temps et essayer de référencer son profil, fédérer en mettant des playlists à jour etc. Car notre label révèle une esthétique qu’on ne peut pas écouter en un seul track… On a décidé de travailler beaucoup plus sur Spotify car ça nous paraît être les leaders. On a notre profil certifié je vous invite à aller jeter un œil : Spotify Way Of House
On fait aussi nos évènements qui permettent de mettre en avant le travail et les artistes du label, il faut travailler l’image du label pour amener le public à écouter.

Quels sont tes attentes vis-à-vis des artistes que tu signes ? Quels sont tes critères de sélection ?

Il faut que ça nous plaise, qu’on joue les tracks… quand je choisis un track je l’assume, je le joue. Après les artistes sont libres, ils ont leur univers notamment Wielki ou The Dualz qui sont assez différents mais qui revendiquent bien le son du label.

Quel est le rêve en musique électronique que tu n’as pas encore réussi à concrétiser ?

Tellement de choses restent à faire…

Les projets à venir ?

Cet hiver je vais me concentrer sur mes prochaines sorties, finaliser pas mal de tracks en cours et commencer à bosser sur de nouveaux. On va aussi relancer le calendrier des sorties sur Way Of House…

Merci pour ce temps consacré, et par coutume, à toi le mot de la fin !

Merci !

Pour ne plus rien rater de l’actualité de Greg Delon :

Site Web Greg Delon

Facebook

Soundcloud

Site web Way Of House

À propos de l’auteur

Marius Sergent administrator

Directeur Artistik (High Potential) / Promotion Media (Interaktion Elektro Projekt) / Artiste (Kour[t]-Cirkuit--Chicuss)