César

Rencontre avec César, jeune DJ officiant dans la Lot Et Garonne, ex membre du duo Skysailor et amoureux de l’Electro, la House et la Techno !

César en quelques mots : qui se cache derrière ce pseudo ?

Salut, moi c’est César, 25 ans : je suis DJ et j’habite dans le Lot et Garonne à Agen. Je mixe depuis que j’ai 16 ans ; je fais de la House, Bass House et Techno.

Tu es originaire du Lot et Garonne : comment se porte la musique électronique locale ? Quels sont les lieux et organisateurs incontournables en selon toi ?

La musique électronique en Lot et Garonne, elle est en évolution. Pendant des années, des assos et orgas ont essayé de faire bouger les choses… Mais c’est difficile car on est situé entre Bordeaux et Toulouse qui sont deux grandes villes électroniques. Dans quelques années, ça devrait évoluer, notamment grâce à Marmande où le Garorock reste un poids lourd des festivals en France. L’équipe du Garorock fait un super boulot et fait bouger la Nouvelle Aquitaine. Toujours à Marmande, la jeune asso « La Cerisaie » organise pas mal aussi. Pour moi, les lieux où il faut absolument s’arrêter, c’est le Radio City et l’Indé.

Depuis combien de temps fréquentes-tu la scène des musiques électroniques ? Quelles sont tes influences ?

Ca va faire 9 ans que je fréquente la scène électronique. Mes influences : Claptone, Amin Edge & Dance, Crowd Control, Arround7, Loge21, Paul Kalkbrenner, Landmark, Laurent Garnier, Jay Lumen…

Comment as-tu appris à mixer ? Quelles étaient tes influences à l’époque ?

J’ai appris à mixer tout seul avant de me perfectionner grâce aux rencontres que j’ai faites en soirées. Les assos locales et mon ancien duo Skysailor m’ont également beaucoup apporté : on a fait de nombreuses scènes ensemble et ça m’a permis d’apprendre la technique et le live aussi. Au début, quand j’ai eu mon premier contrôleur, j’étais très commercial : c’était l’époque de David Guetta avec son album « One more love ». Mais je suis rapidement passé à des sonorités plus électro avec Bloody Beetroots, Justice, Boys Noize ou encore SébatiAn. Au fil du temps, j’ai également exploré la House et la Techno.

Sur scène : quel matos utilises-tu ? Es-tu en DJ set ou en live machine ? Qu’est- ce qui fait ton originalité ?

Je suis toujours avec mon petit contrôleur DDJ SB et mon Mac : c’est un matos qui me suit depuis 4-5 ans. Quand j’étais en duo avec Skysailor, on avait une régie Pioneer et on intégrait du live avec un pad et un push : c’était vraiment cool de rajouter notre patte au set, ça donnait un coté « musicien » allant au-delà du DJ qui passe ses tracks.

Quels sont les lieux où tu as joué ? Ton meilleur souvenir de soirée ? Et ton pire ?

J’ai joué dans pas mal d’endroits cool : du petit bar du coin au festival. Pour mon meilleur souvenir, c’est difficile car il y en a tellement… Mais celui qui m’a le plus marqué, c’est une soirée à Mont de Marsan, au club le « Zoo » : il y avait une vraie alchimie avec le public, le club était blindé et j’avais l’impression d’être dans un grand festival (rires). Pour le pire souvenir, ça reste une soirée prévue depuis des mois malheureusement annulée une fois sur place !

Quel est ton rapport à la production ?

Ça reste un statut compliqué pour moi. Je ne fais pas beaucoup de productions pour le moment mais je compte m’y mettre l’année prochaine. J’ai envie d’évoluer et de faire mes propres morceaux parce que dans ma tête, je sais déjà ce que je veux faire.

Quels sont tes projets & actus à venir ?

Beaucoup de projets à venir : reprise de dates et un tout nouveau DJ set pour 2018. Et sortir une track pour la fin de l’année prochaine aussi.

Ton mot de la fin ?

Merci pour l’interview et un grand merci à tous ceux qui me suivent depuis le début !

Retrouvez César sur le web :

Étiquette