Frankk Ross

Rencontre avec Frankk Ross, DJ & producteur montpelliérain gérant le label Blowup Music et membre depuis peu de l’association Resonance Agency.

Quelques phrases pour te présenter : D’où vient ton nom de scène ?

Frankk (comme mon prénom, c’est plus pratique) et Ross (diminutif de mon nom de famille). Je suis né à Montpellier.

Comment as-tu commencé la musique ?

En 1992, c’est là que tout à commencé. C’était le début des free-parties sur Montpellier avec un mouvement électro qui se crée, des rencontres et des personnes cool . Pour moi, ça a  vraiment pris de l’ampleur en 1994 : je commençais à savoir caler les disques sur platine vinyle MK2 mais sans trop de technique. Et il y a eu ce beau matin en after à la Boissière (le Mas) où je suis resté scotché devant les platines, en pleine admiration de John Thomas… Un vrai déclic pour moi ! A la même époque, avec Neeko Thomas (23 ans d’amitié ), on fait nos propres free-party : que de bons souvenirs ! Je suis assez nostalgique de cette époque !

Peux tu nous citez 5 tracks en musiques électroniques  qui sont incontournable pour toi?

Il y en a tellement mais si je devais choisir 5 tracks, je dirais :

1 – Public Energy  « Three o’ Three » (1992 | Probe records)

2 – John Thomas  « Mr Funk » (2002 | Logistic records)

3 – Reeko  « The Woman of Black Glove » (2010 | Planet Rhythm records)

4 – Ken Ishii  « The Buddah’s Ear (Ben Sims remix) » (2014 | Impact Mechanics)

5 – Speedy J « Klave » (2009 | Rekids)

Parles-nous de ton label Blowup Music ?

Blowup Music a été créé en 2013 mais je l’ai lancé réellement en juin 2015 avec un EP De Maxime Timpano remixé par Da Fresh. A partir de mai 2016, nous avons signé de nombreux artistes confirmés : Jean Bacarreza, Nasty Bros, Pimpo Gama, Malikk, DuoDisco, Kamer, Roma De Cicco, Sumak, Fedorovski Branzei… Qui sont soutenus et playlistés par de grands artistes comme Amine Edge & D.A.N.C.E., Kolombo, Shiba San, Golf Clap et plein d’autres. Le label marche plutôt en Amérique pour le moment : bien que beaucoup de producteurs et artistes Brésiliens sont signés, nous faisons nos plus grosses ventes au USA et d’énormes écoutes en Russie. C’est encore un jeune label qui se développe doucement mais sûrement grâce notamment au duo lyonnais Brothers in Arts : ils ont intégré le label en tant que directeurs artistiques avec de beaux projets déjà disponible sur les plateformes de téléchargement, dont un various artists spécial Brazil.

Quelles sont tes attentes vis-à-vis des artistes que tu signes ? Quels sont tes critères de sélection ?

On fonctionne au coup de cœur. On a démarré avec des styles comme la G House, l’Indie Dance et la House ; aujourd’hui le label s’oriente davantage sur la Tech House, mais pas n’importe laquelle : on essaie de tenir une directive et un style à l’image du label et dans nos choix. On aimerait avoir plus de reconnaissance auprès du public français mais c’est très difficile aujourd’hui encore en France : la Techno règne toujours et le problème, c’est qu’on associe notre style de musique à une clientèle qui finalement ne nous ne correspond pas. Notre objectif est de changer la donne : on verra bien si on y arrive ou pas mais c’est pas le plus important pour nous. On se concentre surtout sur ceux qui sont déjà réceptifs  : les USA et la Russie.

Tu fais partis depuis peu de l’association montpelliéraine « Resonance Agency » : comment la rencontre s’est-elle passée ? Quel intérêt portes-tu à cette organisation ?

C’est tout simplement Neeko Thomas, ami de longue date, qui m’a demandé de rejoindre l’équipe. J’ai accepté sans hésitation car ça me semblait logique et complémentaire avec l’expérience que nous avons chacun. Resonance Agency a un réel potentiel de développement au niveau régional et national avec des projets en cours et de grosses surprises prévues début 2018 (il y aura des artistes internationaux mais je n’en dis pas plus). On a lancé les soirées gratuites Playground au Dieze Warehouse Montpellier avec un gros succès pour la première : avoir un tel spot, c’est magnifique et ça correspond à l’image de Resonance Agency. On vient aussi de créér le label « House & Us » qu’on lancera le 24 novembre pour la Playground #3 avec un gros showcase et des animations. Stay tuned…

Quels projets nous réserves-tu dans les mois à venir ?

Je me suis remis depuis peu à refaire de la production : des collaborations sont en cours, des remixes. Des dates aussi sont à venir. Je me suis fixé de faire un podcast par mois pour partager ma musique avec ceux qui me soutiennent. Je suis avant tout passionné de musique : mon but est de faire plaisir, partager avec le public, me faire plaisir tout en ayant un bon état d’esprit et les pieds sur terre. Je ne changerais ça pour rien au monde ! See you soon on the dancefloor !

Retrouvez Frankk Ross sur le web: