Reverb Event’s

Rencontre avec Evan Mayers, gérant du projet Reverb Event’s organisant des soirées en musiques électroniques à tendance underground sur la région lyonnaise.

Qu’est-ce que Reverb Event’s ? Quels sont vos principes et valeurs ?

Reverb Event’s se veut être novateur dans la création de projets événementiels atypiques, sur le thème de « l’underground music ». Dans ce cadre, nous avons à cœur de travailler avec la scène émergente pour créer la rencontre entre jeunes artistes locaux et artistes engagés, acteurs reconnus de la scène Lyonnaise et environnante et bien sûr le public.

Reverb Event’s valorise les DJs locaux : est-ce dire que leur moyens d’expression à Lyon sont aujourd’hui limités ? Qu’apportez-vous spécifiquement à ces DJs ?

Il est difficile aujourd’hui pour un artiste de se faire une place dans une ville comme Lyon qui est en mouvement perpétuel dans le domaine de la musique électronique. Lyon regorge de talentueux Djs qui n’auront peut-être pas la chance de voir le jour car ils n’ont pas assez de prods à leur actif, n’ont pas une assez grande notoriété pour monter sur une scène digne de ce nom : il manque de soutien, de contacts ou de ressources… Il n’est pas chose aisée pour un jeune Dj d’être à l’aise dans tous les critères qui sont demandés aujourd’hui pour réussir à se démarquer. Reverb Event’s contribue au développement de ces artistes en leur donnant accès à la scène sur Lyon et ses alentours et en leur permettant de s’exprimer face à un public dans les meilleures conditions possibles. Nous les soutenons dans la diffusion de leurs contenus sur Facebook, Soundcloud et Youtube en partageant leurs activités (DJ sets, dates). Cela peut également passer par la mise en relation avec d’autres professionnels tels que photographes, infographistes, etc.

Quels sont les DJs locaux à connaitre sur Lyon ? En quoi te touchent-ils plus particulièrement ?

Jusqu’à ce jour, j’ai eu la chance de rencontrer de talentueux Djs dotés, pour la grande majorité, d’une excellente maîtrise de leurs arts. Tous ont en commun l’envie d’avancer dans la musique électronique. Parmi les artistes qui m’ont spécifiquement marqué, je pense en premier lieu à ceux que je connais de longue date :

Maxime Timpano : c’est lui qui m’a initié au mix sur platines CDs. Il me suit et me soutient depuis plus de 10 ans déjà.

Juanito : il a su montrer qu’on pouvait mettre la barre toujours plus haut en partant de rien et que le travail finit toujours par être récompensé.

Ily : pour sa simplicité, son univers musical et son grand sens du partage tant musicalement qu’humainement.

Mickael Acosta : pour son enthousiasme et son énergie derrière les platines pendant ses sets House.

Tutti : pour ce qu’il a pu apporter au milieu de la nuit Lyonnaise, que ce soit en tant que Dj/Producteur qu’en tant que créateur d’événements.

Je peux encore vous citer Lecomte de Brégeot, Adriano Berthenet, Bryce Wax ana Roswell, Katze, Brothers In Arts, Kone, Bolly Cat, Taka, Dj Sage…

Reverb Event’s revendique une musique underground : quelle est votre définition de l’underground ? Quels types de musique valorisez-vous ? Avez-vous des liens avec les mouvements alternatifs underground type « free parties » ?

Deep house, Drum & Bass, Halftime, Jump up, Jungle, Liquid, Dubstep, Electronica, Downtempo, G-house, Hadrstyle, Hardcore, Hard Techno, House, Acid, Tribal, Soulful, Indie dance, Nu disco, Minimal, Deep Tech, Psy Trance, Dub, Tech House, Detroit Techno, Industrial : voilà ce que nous entendons par « undergound ». Reverb Event’s valorise surtout les artistes qui nous font voyager et qui ne s’enferment pas uniquement dans un style de musique électronique. Dans nos soirées, on peut commencer par de la Soulfull, progresser en Deep Tech et finir sur de la Techno. Nous valorisons et soutenons la musique électronique dans son ensemble sans être réfractaire au reste de la musique d’une manière globale. Qu’est ce qu’être underground ? Difficile de répondre ! On peut avancer surtout que c’est une question de point vue ! Qui est underground et ne l’est pas ? A quel moment le devient-on ou ne l’est-on plus ? Pour nous, « underground » est synonyme de convivialité et de partage ! La musique underground reste diabolisée par le public non initié qui se refuse à en faire l’expérience. Si Lyon est plutôt une ville réceptive à la musique underground, c’est loin d’être le cas par exemple à Vienne tout juste à 30 minutes de Lyon : ici, la musique underground est très peu représentée, voir inexistante ! Nous n’avons pas de liens particuliers avec le milieu free-party bien que d’une certaine manière, les deux univers sont intimement liés ; l’organisation est différente mais l’objectif reste commun : rassembler un maximum de monde pour partager un bon moment.

Pour Reverb Event’s, qu’est-ce qu’un évènement « atypique » ? Qu’est-ce qui fait l’originalité de vos events ?

Reverb Event’s souhaite offrir de l’originalité en proposant des évènements dans des lieux nouveaux et originaux. Nous prenons soin de choisir des lieux qui permettent de créer une ambiance particulière, de visibiliser les artistes et qui sont ouverts à une programmation musicale non fermée. La sélection artistique joue un rôle majeur dans l’originalité de nos événements : c’est grâce aux artistes et à leurs différents univers que nous pouvons véhiculer sur chaque event une ambiance unique.

Parle-nous du concept DAD Open air aux Barges ? Pourquoi dédier un event spécifiquement à la deep house ? Quel public fréquente ces events du dimanche après-midi ? Avez-vous le sentiment d’être une sorte d’after ?

Durant l’été 2014, j’ai travaillé aux Barges et j’ai eu l’occasion d’y découvrir un staff et une direction dynamiques et enthousiastes. Dans cet établissement, tout le monde s’implique afin d’offrir du spectacle et de la convivialité à ses hôtes. Après cette première expérience, la Direction fait appel à Reverb Event’s en juin 2017 pour organiser un event dédié à la musique électronique. C’était l’occasion pour nous de mettre en avant notre projet « Deep And Deep » (DAD) qui, contrairement à ce que peut faire croire le nom, ne se restreint pas à la Deep House. Nous avons pour objectif de faire découvrir et de montrer au public le spectre des différents genres de musique électronique. Les DAD ont lieu les dimanches après-midis et ne sont pas assimilés à des afters : c’est plutôt un rendez-vous estival pour passer un après midi sous le signe de la musique et de la convivialité. Nous invitons le public Viennois au voyage sur diverses sonorités électroniques tout en profitant de la terrasse des Barges et de son immense parc boisées en bord de Rhône.

Limitez-vous votre actions à l’agglomération lyonnaise ? Exportez-vous vos concepts ailleurs en France ? A l’étranger ?

A priori, nous n’avons aucune barrière géographique et nous surfons sur les connections que nous générons au fil de nos events. Le monde est vaste et rempli de culture, d’histoire et de décors merveilleux à faire découvrir. A ce jour, nous concentrons notre énergie sur la région Rhône Alpes qui offrent déjà de nombreuses possibilités.

Quels sont les 5 tracks ou albums que tu considères comme des incontournables de la musique électronique ?

Boris Brejcha & Ann Clue – Roadtrip (Fckng Serious, 2016)

Darmec – Malleable conscience (Naughty Pills records, 2015)

Dj Fronter & Eric Montero – Mazal tov (1605, 2015)

Alexic Rod & Colombo – Tic tac (Low Groove, 2017)

Simone Tagliabue – Caelum obscurus (Boogie recordings, 2016)

Quel est ton point de vue sur la musique électronique à Lyon ? As-tu le sentiment de travailler en partenariat ou en concurrence avec les autres organisateurs de soirées du territoire ? En quoi Reverb Event’s se démarque de ce qui se fait déjà sur Lyon ?

Lyon possède l’un des plus beaux plateaux artistiques de France ! Du moment que cette ville continuera d’œuvrer pour la musique électronique, qu’il y aura des hommes et des femmes passionnés pour nous faire partager leur passion, alors Lyon n’a pas de soucis à se faire. Pour ce qui est de travailler avec les différents orgas Lyonnais, je dirais que ça dépend desquels. Certains nous apportent leurs expériences, leurs conseils et la notoriété de leur nom là où d’autres préfèrent travailler en solo. Les relations entre orga restent des rapports humains : avec certains le courant passe et avec d’autres non. Mais je n’ai jamais ressenti d’animosité provenant d’autres orgas vis à vis de Reverb Event’s. On essaye de se démarquer sur notre rapport à la musique underground, à l’ambiance de nos soirées, aux choix des lieux comme dit précédemment.

Quels sont les projets à venir pour Reverb Event’s ? Ton mot de la fin ?

Autant se faire que peut, Reverb Event’s continuera à œuvrer pour la scène émergente en développant des collaborations rendant nos événements encore plus beaux et chaleureux. Nous savons que l’activité de Reverb Event’s est louable et comme d’autres orgas, nous apportons notre pierre à l’édifice pour faire avancer « l’underground ».

Retrouvez Reverb Event’s sur le web :

Crédits photos : Khony Wayne