SAMA

Sama jeune prodige hollandais de 20 ans sur le devenir !!

Sama peux tu te présenter? D’où viens-tu? Comment es-tu tombé dans la musique électronique?

Je suis SAMA. Je viens d’Utrecht, aux Pays-Bas. Mes parents ont toujours été de grands amateurs de musique électronique et techno : depuis mes très jeunes années, j’ai été en contact avec des tracks comme « The Sky Was Pink » et « Domino ». D’abord, j’étais très intéressé par l’EDM (avant d’être vraiment appelé « EDM »), et je suis tombé amoureux de la Techno quand je suis allé à mon premier festival Techno.

Comment as-tu appris à composer ? Sur quelles machines/software travailles-tu ? Quel est le VST que tu utilises le plus dans tes productions ?

J’ai surtout été autodidacte. J’ai regardé beaucoup de vidéos sur Youtube et cherché sur Google si j’avais besoin de quelque chose. J’ai tiré profit de quelques petites leçons que j’ai suivis… Mais surtout, du travail acharné et de la recherche. J’ai commencé avec Logic Pro mais après 2 ans, j’ai changé pour Ableton Live : je ne suis jamais revenu en arrière depuis. Je n’ai vraiment pas de « VST préféré » parce que tous ont des fonctions différentes. J’aime vraiment utiliser les émulateurs de Moog d’Arturia ; et le FabFilter Pro-Q2 est mon EQ pour tout !

Quelle philosophie as-tu dans la production ?

Je n’ai jamais vraiment eu de philosophie – ou je n’en ai pas vraiment conscience. Ma musique semble toujours atteindre un nerf très émotionnel chez moi. Honnêtement, je produis toujours de la Techno que j’aimerais signer. Je n’ai pas beaucoup d’autres productions « just for fun » comme beaucoup d’autres producteurs. J’ai toujours été incroyablement concentré pour atteindre ce but dans ma « carrière ». Donc chaque track que je fais pourrait être une prochaine release potentielle.

I am unbelievably thrilled and proud to have signed a 2-tracker EP on a HUGE label. This is one of the tracks. I made it when I was in Hamburg, and I can easily say this is definitely one of my best tracks I've made yet. More info soon!

Posted by SAMA – OFC. on Sonntag, 5. Februar 2017

Tu viens tout juste d’atteindre ta vingtième années et tu as déjà signé sur des labels comme: ELEVATE / Kraftek / Funk’n Deep / Respekt et beaucoup d’autres. Quels sentiments ressens-tu de faire partie de ces supers labels ?

C’est vraiment génial et c’est aussi un énorme avantage d’être encore jeune. Beaucoup de gens me félicitent et me disent que je vais réussir parce que je suis encore très jeune : cela me motive ! Mais honnêtement, je pense pas que l’âge ait grand chose à voir avec mes productions. Je travaille très intensément depuis 5,5 ans : je pense que tout le monde (avec un certain talent) est en mesure de faire des productions appropriées avec autant d’années d’expérience. C’est formidable que je fasse partie de ces labels : ils m’ont apporté beaucoup de fun et des connexions. Il y a beaucoup de choses encore plus importantes qui arrivent prochainement…

Tes démos ont-elles été acceptées du premier coup ou as-tu persévéré pour signer ?

Tout s’est principalement réalisé par le biais de contacts. J’ai approché Durtysoxxx via l’un de mes premiers labels, Distortus, un sous-label de Funk’n Deep. Pour Spektre, cela s’est aussi fait grâce à Durtysoxxx. Pour Elevate, j’ai eu un peu de chance : ils ont immédiatement aimé la première démo que je leur ai envoyé. Avec Kraftek, je pense que c’est un gros coup de chance : Pleasurekraft m’a effectivement contacté alors que je n’avais jamais cherché a le contacter; il semblait très intéressé par mes productions dès les premiers moments où il a entendu ma musique. Pour signer sur un label, je pense personnellement qu’il faut à la fois persévérer et avoir du réseau. Si un label ne vous connaît pas, il est possible qu’il n’écoute pas vos démos simplement parce qu’il en reçoit énormément.

Comment se passe la collaboration avec les labels où tu as signé ? Qu’est-ce qu’ils apportent de plus à ta carrière d’artiste ?

Beaucoup de labels sur lesquels j’ai signé ont simplement sorti mes morceaux, sans en faire davantage. Mais je ne m’attends évidemment pas à plus. Il est préférable de trouver quelques labels (3 ou 4) qui peuvent vraiment vous aider à devenir un artiste de renom. Funk’n Deep, par exemple, m’a vraiment aidé jusqu’ici à obtenir de nouvelles connexions ; j’ai également joué pour leur showcase en avril de sorte qu’ils me proposent parfois des gigs occasionnels. Kraftek est également un label avec lequel je signerais plus que 1 ou 2 sorties, car j’ai le sentiment d’avoir un très bon lien avec Pleasurekraft pour le moment, et il semble vouloir vraiment m’aider .

Peux-tu nous en dire plus sur ton dernier Gigs  à Breda (Pays-Bas), la soirée du BRAAF avec Enrico Sangiuliano & Kaiserdisco et aussi leFunk’n Deep Showcase avec Durtysoxxx / Steve Mulder / Dexon ? Peux-tu nous raconter une petite anecdote sur ces soirées?

La soirée à Breda était formidable car je n’ai jamais vraiment fait d’opening pour de si grands artistes. C’était  un set d’ouverture avec un dancefloor relativement vide jusqu’à la dernière demi-heure : mais c’était vraiment bien et je suis content d’avoir amené le public sur la fin de mon set. Pour Funk’n Deep, je connaissais déjà  Durtysoxxx et Steve depuis longtemps et c’était vraiment amusant de jouer avec eux et Dexon, juste pour le fun.

SAMA @ BRAAF

Little throwback to my gig 2 weeks ago at BRAAF w/ Enrico Sangiuliano & Kaiserdisco! Including a little preview of my Collaboration with Dave Sinner, which is releasing on Kraftek the 2nd of June.

Posted by SAMA – OFC. on Sonntag, 16. April 2017

Ta Techno est puissante et accrocheuse en mix et en production : d’où tires-tu cela? Laisses-tu parler tes émotions pendant ces moments ?

Oui, il y a toujours une partie très émotive dans ma musique. J’ai toujours  aimé les sons plus trancey et mélodique en Techno et d’autres genres : ça reste un élément pregnant dans mes mixs et productions. J’adore la techno dansante et ces moments puissants feront toujours partie de mes sets.

Si tu devais choisir 5 morceaux pour clôturer une soirée, que choisirais-tu et pourquoi ?

Oh … C’est difficile là. Je recherche toujours de nouveaux tracks et j’essaie d’avoir toujours des mix à jour, avec de nouveaux tracks. Je ne joue jamais un track plus de quelques fois. Mais pour le moment, je dirais :

– Bastinov « Parallel universe » (Etruria Beat) : une piste mélodieuse semblable à une construction de cathédrale, qui vous donne envie de lever les mains en l’air. Très dure et sombre, mais toujours avec une mélodie belle et mélancolique. Exactement comme je les aime.

– SHDW & Obscure Shape « Die weiße rose » (From Another Mind) : une vibe semblable à celle de « Parallel universe ». Très fat et mélodique, mais très dark. Quand cette mélodie s’arrête au drop… Juste « wow ».

– Dast « Sitting in the sun » (ELEVATE) : une piste incroyablement énergique et fun avec une voix joyeuse. Parfaite pour danser aux heures tardives.

– Michel Kleis, Klement Bonelli, Martin Wilson « Marvinello (Radio Slave Remix) » (Rebirth) : ce track a probablement été l’un de mes morceaux les plus jouées au cours de la dernière année. Le vocabulaire de Marvin Gaye est parfait sur le rythme dur et rude de Radio Slave, et c’est juste la piste de transition parfaite pour passer à des sonorités plus dures et dark.

– Et bien sûr, un de mes propres track. Dave Sinner & SAMA « Sagittarius A » (Kraftek) : cette piste est probablement l’une de mes meilleures en date. C’est lourd et trancey, et parfait pour ces moments de rush dans les dernières heures.

Quel est l’avenir pour SAMA ? Futures signatures ? Gigs ?

Pour les mois à venir, j’ai un programme chargé avec les EP sur Hi Tek, Devotion et Kraftek. Il y a aussi 2 remix à venir pour Ace Alvarez et mon ami Enzo Da Silva. Des gigs sont également à venir : le 3 juin à Chypre, le 25 en Belgique et le 27 au Melkweg pour les mardi Techno. Mais il y a beaucoup d’autres choses que je ne peux pas vous révéler encore…

Ton mot de la fin pour clore cette interview ?

Des questions très intéressantes et supère interview : merci les gars pour ce moment !

Retrouvez SAMA sur le web :