Twenty One records

Rencontre avec Lukas, président de l’association montpelliéraine Twenty One records !

Pouvez-vous présenter votre association en quelques mots ? D’où est née l’idée d’établir ce projet ?

Twenty One records est une association communautaire basée autour de la musique électronique ! L’idée est venue au 21 d’une rue montpelliéraine, des suites de l’enchaînement incessant de soirées privées sur des beats funk, techno, house ou même trance, tout droit sortis des platines des organisateurs. Au fil des rencontres, notre style et notre bonne humeur nous a permis d’agrandir l’équipe et de jouer dans davantage de soirées, privées ou non, avec la même optique de partager la musique qu’on aime et de faire passer le meilleur moment possible à notre public.

L’esprit Twenty One records, c’est quoi au juste ?

Si vous venez à une de nos soirées, vous le comprendrez assez vite : une bonne ambiance, de la bonne musique variée électroniquement, la bonne humeur au rendez-vous. En bref, on aime s’amuser et faire en sorte que notre public s’amuse avec nous. Après, faut aussi se rendre compte que l’association est née du partage et du communautarisme bien sûr.

L’association contient à ce jour plusieurs artistes : comment vous êtes-vous rencontrés ?

A la base, beaucoup d’entre nous n’avaient jamais vraiment mixé ou fait de compositions assistées par ordinateur. C’était ça aussi l’idée de l’association : créer une sorte de point de départ pour beaucoup d’entre nous, avec des utilisateurs plus expérimentés pour donner des conseils concernant le mix et la production. On a donc commencé en faisant des apéros mix tous les jeudis, permettant ainsi aux membres de l’association de se retrouver et de partager des connaissances autour du mix.

Vous êtes Montpelliérains et organisez beaucoup d’évènements sur Montpellier : quelle relation tenez-vous avec le public local ?

Alors c’est drôle mais je crois qu’il n’y a aucun vrai montpelliérain à la base. On est une vraie association montpelliéraine avec son mélange de gens d’ici et d’ailleurs (rires) ! Nous essayons malgré tout de garder une sorte de complicité avec notre public. Nous aimons beaucoup les événements que nous avons organisé à l’Antirouille : pour ça, le public est toujours présent et vraiment chaud à chaque fois, même quand la salle est peu remplie. J’aime voir qu’on arrive à toucher un certain nombre de personnes et qu’ils repartent rarement en tirant la gueule.

Que pensez-vous de l’implication de la ville de Montpellier en matière de musiques électroniques à l’heure actuelle?

La ville de Montpellier n’est pas très ouverte sur l’organisation répétée d’événements ayant un rapport avec la musique électronique et sa culture. Nous pensons qu’il y a eu beaucoup de choses à Montpellier et qu’aujourd’hui, cela n’est plus possible à cause d’un manque de confiance entre organisateurs et élus. Trop de gens ont profité de cette confiance : les élus ne veulent plus prendre le risque de cautionner des événements qui, selon eux, ne feront que ramener des « drogués » et ces genres de choses. C’est donc à nous de prouver aux élus que nous sommes prêts à redorer le blason de la culture de la musique électronique en créant des événements ludiques et intéressant en matière de culture.

Vous avez organisé deux évènements sur Toulon en association avec le Barathym et Espit Chupitos : quels souvenirs gardez-vous de ces évènements ? Comment trouvez-vous l’ambiance toulonnaise ?

Nous avons eu la possibilité d’organiser ces évènements grâce à un de nos membres toulonnais, bien en place sur cette ville. Nous pensons d’ailleurs qu’il est possible que ça ne soit pas le dernier au Barathym ! Personnellement, j’ai participé à ces deux dates et c’était trop cool à chaque fois. Surtout le Barat’ : y avait une sacrée ambiance jusqu’à la fin ! Le responsable ne s’attendait pas à autant de monde jusqu’à 3h du matin ! Je pense qu’il y a un vrai potentiel à Toulon car il ne s’y passe pas grand chose et les jeunes sont chauds.

Accordez-vous une place prioritaire à vos propres artistes sur les évènements que vous organisez ? Faites-vous venir des artistes réputés de la scène française ou internationale ?

Tout dépend. Sur la majeur partie de nos soirées, on a essayé de placer tous les artistes sur un pied d’égalité. Malheureusement, on sait tous que celui qui va faire le warm-up ne sera pas sur la même base que celui qui joue au « peak time ». C’est pour ça qu’on essaye d’avoir des Time Table équitables sur chacun de nos événements, avec le ou les invités de la soirée placés au meilleur moment. Il s’agit souvent d’un casse-tête pour ne pas toucher aux égos des uns et des autres tout en faisant en sorte que l’invité puisse se régaler le plus possible. On n’a pas encore fait de « tête d’affiche » avec un gros nom, bien que ce ne soit pas l’envie qui nous manque. On espère faire notre première tête d’affiche en septembre prochain. Notre série de soirées TOR&Faction vise surtout à ramener des amis talentueux qui n’auront peut-être jamais l’occasion de venir jouer à Montpellier et de leur faire profiter de ce moment.

Vous produisez aussi des tracks via votre association : peut-on considérer Twenty One records comme un label ?

Effectivement, bien que cette partie ne soit pas mise en avant, nous avons une espèce de « side project » label sur lequel nous avons eu la possibilité de faire une release. Nous réfléchissons aux futures sorties bien que cela ne soit pas dans nos objectifs prioritaires. Il y aussi la série de TORCasts que nous produisons : c’est une série de podcasts qui sort chaque 21 du mois autour d’artistes de l’écurie TOR ou bien d’amis DJs et livers que nous apprécions. Nous arrivons au 16e TORCast : plus d’un an que ça tourne !

Vous gérez une émission sur Radio Clapas : pouvez-vous nous en dire d’avantage sur ce concept ?

Alors l’émission s’appelle l’Electronic Radio Show, à la base animée par Tom Martinez aka ZÖtA, actuellement vice-président du Twenty One. Je l’ai rejoint il y a presque 3 ans pour l’épauler dans cette émission : elle consiste à présenter quelques nouveautés musicales, faire l’interview de l’invité de la semaine et laisser cet invité nous régaler aux platines ou en live. En effet, on aime bien proposer aux artistes locaux (en particulier ceux qu’on apprécie humainement et musicalement) de venir présenter leur projet sur une radio locale mais hertzienne et web. Mine de rien, c’est un bon moyen de communication !

Parmi tous les projets que réalise votre structure, quels sont ceux dont vous êtes les plus fiers aujourd’hui ?

Vu le nombre qu’on est, je pense que chacun à sa petite préférence étant donné que ce n’est pas toujours la même personne qui se retrouve référent de l’événement organisé ! Personnellement, j’aime beaucoup l’idée des TOR&Faction qui est vraiment la base de nos soirées, rassemblant la convivialité d’un partenariat simple avec une bonne humeur toujours au rendez-vous.

Quels sont vos projets à venir ? Votre mot de la fin ?

Actuellement, on a en visu une TOR&Faction le 4 mai. On ramène un crew marseillais super prometteur qui va bientôt sortir son premier EP en vinyle. Ça sera une soirée House qui va dépoter mais on ne vous en dit pas plus, c’est déjà pas mal (rires). On va aussi tenter une soirée à l’Antirouille en septembre … En mode premier gros nom. Et on reprend les Apéros au Peyrou dès la reprise de l’ouverture du Parc du Peyrou jusqu’à 00h cet été. Tous les samedis de 19h30 à 23h45 à peu près. On pose deux enceintes portables, des petits contrôleurs et du mix pour un before des plus réussis. Faites passer le mot ! See you on the dancefloor !

Retrouvez Twenty One Records sur le web :