Drop Fire records

Pouvez-vous nous présentez votre label en quelques phrases ? Comment est née cette envie de vouloir créer ce projet? Comment est venue l’idée au départ?

Drop Fire Records est un label free download créé en 2014 qui s’organise principalement autour de la House Music, la Bass House avec quelques extras Trap de temps en temps. La création du projet est venue comme ceci : nous étions deux « producteurs » (pas très très bon) qui voulions avoir un sorte de page où l’on pourrait mettre toutes nos productions ainsi que celles de nos amis: en gros, on voulait tout centraliser sur une seule et même page. Puis vu qu’on n’était jamais content de nos productions, on ne les a jamais mises sur cette page et c’est là qu’on a eu l’idée de fonder Drop Fire ! On s’est dit que d’autres personnes meilleures que nous méritaient d’être mises en avant : c’est donc ce qu’on a fait et ça nous a permis de garder un pied dans le monde de la musique !

Quelle est votre méthode préférée pour repérer les nouveaux talents ? Quels styles de musique privilégiez-vous ?

Pour repérer les nouveaux talents, il faut tout simplement être un fou de musique, tout écouter, une fois, deux fois, trois fois… Se perdre sur Soundcloud, YouTube et autres pour trouver LA perle rare ! Mais depuis maintenant quelques temps, les producteurs nous envoient directement leurs productions via notre adresse mail. Cela représentait beaucoup de temps : l’alternative de la boite mail nous fait gagner un temps précieux que nous pouvons réinvestir dans la promotion des tracks (même si nous ne sommes pas irréprochables pour les délais de réponses). Les styles que nous privilégions sont la House, la Bass House et de temps à autres des sons traps.

Vous sortez des tracks uniquement en téléchargement libre : quel est l’intérêt du gratuit pour vous ? Pour les producteurs ? En quoi l’offre payante vous séduit-elle moins ?

Le free download est la manière la plus simple de partager avec notre public : nous n’avons pas encore une assez grosse notoriété pour passer sur une offre payante. De plus, le but premier de Drop Fire n’est pas de générer des revenus pour le moment mais plutôt de partager et faire découvrir de nouveaux artistes à notre communauté.

En tant que label français, quel est votre point de vue sur le public électronique français ? Marchez- vous mieux en France ou à l’étranger ?

Le public électronique se divise en deux parties de notre point de vue : il y a celui qui s’y connait  extrêmement bien, qui a une énorme culture de la scène EDM ; et il y a celui qui connaît mais qui ne s’y intéresse pas. Depuis quelques années le public électronique francophone se développe grâce à des artistes français qui sont mondialement connus (DJ Snake, David Guetta,…) et des festivals qui attirent de plus en plus de gros artistes internationaux ainsi que des médias comme Guettapen. Cela ne fait qu’améliorer la vision des Français sur la musique électronique. Nous marchons mieux à l’étranger (Etats-Unis à 70%) mais nous avons décidé de recalculer nos cibles pour revenir à notre source qui est le “Made in France“. On s’est donc lancé le défi de nous concentrer sur une cible française.

Comment gérez-vous votre communication sur les réseaux sociaux ? Qu’elle est votre méthode pour toucher un maximum de public ?

La communication sur les réseaux sociaux est gérée par une seule personne mais tout le reste est fait en équipe. Nous sommes 5 pour le moment (nous recrutons) et chacun a son rôle (relation avec les artistes, réalisation des covers, réalisations des vidéos…). Nous essayons de varier nos contenus sur nos différents réseaux sociaux pour toucher un maximum de public. Les artistes contribuent également à notre communication par exemple en participant à des prises de contrôle de notre compte Snapchat, en étant présents dans des mashups packs,…

Etes-vous soutenus par des artistes renommés quant aux morceaux que vous signez ? Travaillez- vous en partenariat avec d’autres labels ?

Oui, nous pouvons dire que nous avons passé un cap quant aux support que nous avons. Des artistes comme Quentin Mosimann pour l’international et des artistes très influant sur la scène électronique française comme Antoine Delvig, Damien N-Drix, etc.  Commencent à suivre les artistes que nous produisons.

Organisez-vous des soirées, des showcases avec les artistes de votre label ? Développez-vous une activité booking de vos artistes signés ?

Nous n’organisons pas encore de soirées ou autres mais qui sait, cela fait peut être partie de nos projets futurs… Nous ne développons pas une activité de booking auprès des artistes que nous signons par manque de moyens et de temps.

Quelle est votre avis aujourd’hui sur le monde des labels électroniques ? Pensez-vous que le marché de cette musique est en progression ou en régression ?

Le monde des labels électroniques est très diversifié mais également très saturé. Grâce à Internet, un label (free download) se crée très facilement et très rapidement. C’est pour ça qu’il faut s’en cesse se remettre en question et se démarquer des autres ! De mon point de vue, le marché de la musique est en forte progression : les gens ont besoin de musique, de livres, de films pour se divertir.

Quelles sont selon vous les plus belles réussites de votre label ?

Les plus belles réussites pour nous sont la venue de NURII et Asjockers sur Drop Fire : nous étions presque à un moment de fermeture du label quand nous avons reçu leurs tracks qui ont complètement relancées notre activité ! “Higher“ et “Kick It“ cumulent environs 70.000 lectures, ce qui est juste énorme pour nous. Chaque track reste une réussite pour nous mais “Higher“ et “Kick It“ se démarquent vraiment.

Quelles sont vos projets futurs ? Vos ambitions ? Un dernier mot pour la fin ?

Nos projets futurs sont d’avoir un site Internet et d’augmenter fortement notre communauté durant l’année.

Nos ambitions sont de continuer sur notre lancée, avoir des partenaires très influents et réaliser des co- releases avec d’autres labels plus influents que le nôtre. Au-delà de l’aspect commercial du label, il y a l’aspect humain. On se fait de nouveaux amis, on découvre plein de choses, on apprend à travailler en équipe… C’est une expérience à vivre qui est très enrichissante !

Recap 2016

Et voilà encore une année de passée! Merci à vous tous, merci aux artistes et merci à la team Drop Fire!! L'année 2017 risque d'être encore plus puissante! 🔥 #DropFireFamilyArtistes : Tommy Arson, Tryde & Krytek, Reasky, NURII, Asjockers, PSYKO, Sam Koxx, Masie, Odhexan, RUDI, Runes, doublexx, TUSDI, Wolfgex… 🖤Vidéos : Carnage, Sziget Festival

Posted by Drop Fire Records on Freitag, 30. Dezember 2016

Retrouvez DROP FIRE Records sur le web :

Pour faire partie de l’équipe : drop.fire.recording@gmail.com

Vos démos

Snapchat

Facebook

Instagram

YouTube

Groupe Facebook