Brothers In Arts

ParRichard B

Brothers In Arts

Rencontre avec le duo Lyonnais, Brothers In Arts (Peter & Tony), Djs / Producteurs de House & G-House aux sonorités Funk et Groove. Ils nous font le plaisir de répondre à nos questions.

Quelques phrases pour vous présenter : comment le duo Brothers In Arts est-il né ?

Nous sommes Peter et Tony, tous deux originaires de Lyon ! Cela fait 4 ans que l’on se côtoie. Le projet B.I.A  a débuté en 2015, on faisait parti de 2 associations qui avaient des projets en commun. De là est venu l’envie de produire. Nous étions plusieurs, chacun avait son style. Rapidement, nous nous sommes retrouvés à deux.

Quel est votre héritage musical avant de rencontrer la musique électronique ?

Tony : pour ma part j’ai été bercé par le Hip Hop Old School, le Funk, la New Jack, la New Wave et de la Dance que je mixais à mes tous débuts.

Peter : moi c’était plutôt le Rock, le Metal, puis le Dub et le Drum’n Bass qui ont rythmé ma jeunesse avant d’en arriver à la House Music.

Pensez-vous comme certains que la musique électronique et les fêtes étaient mieux avant ?

Nous ne pensons pas du tout que c’était mieux avant. C’est assez négationniste comme pensée. C’est simplement différent. Aujourd’hui ce type de musique est beaucoup mieux perçu qu’à l’époque, elle a gagné sa place. On est passé d’un mouvement underground à un mouvement presque populaire. Le gros changement qui s’est opéré avec cette démocratisation du genre, c’est la multiplication des sous genres (Deep House, Tech House, Tropical House, G-House, etc…). C’est notamment avec l’arrivée d’un nouveau canal de vente qu’est internet que, par soucis de classification de la musique, on est passé d’un monde binaire, House/Techno, à un monde de subdivision et de classification commercial.

Aujourd’hui tous ces sous genres créent de la diversité. De celle-ci né une plus grande culture musicale et une meilleure acceptation du genre principale. On entends de la « House Music » très souvent et partout.

Pour ce qui est des fêtes en particulier, nous avons perdu les raves et autres free party au profit d’un vrai encadrement législative et associatif qui propose des évènements variés, un discours et des valeurs positives ainsi qu’un véritable confort pour celui qui vient faire la fête.

Pouvez-vous citer 5 tracks (ou albums) qui vous ont particulièrement marqué en musique électronique ?

Carrément ! Même plus si tu veux !

1 – DJ Sneak – Keep On Groovin

2 – Mason – Exceeder

3 – Cajemere & Russoul – Let’s Dance

4 – Hot Natured – Reverse Sky Diving

5 – Sharam Hey, Kolombo – Friday Night

Et pour l’album, on table sur Etienne de Crecy – Super Discount Vol.1

Comment en êtes vous arrivé à la production de musique électronique ? Travaillez-vous seuls ou en collaboration ?

Par envie et motivation. Parce qu’on adorait ça et que le Djing seul ne nous suffisait pas ! La plupart du temps on compose tous les 2 mais il nous est arrivé et il nous arrive encore de faire des collab’ avec des artistes de la scène internationale ! Notamment avec le Brésil en ce moment !

Comment puisez-vous votre inspiration pour composer ? Quels sont vos influences en matière de production ?

L’inspiration comme on dit ça vient pas sur demande ! On bricole, on bidouille, on écoute, et réécoute, on jette, on recommence ! On cherche beaucoup de sonorités qui vont bien ensemble et qui nous plaisent aussi ! Parfois on part d’un vocal qu’on aime bien ! Parfois on trouve une ligne de basse bien cool et on part là dessus tout naturellement. La plupart du temps, quand on a tout pour faire un track, la composition est fluide !

On est beaucoup influencé par la Groove Music. Notre héritage Hip-Hop/Funk ressort très souvent. Une bonne basse et un rack de drums costaud et le tour est joué 😉 .

Comment se passe la collaboration avec les labels sur lesquels vous avez signé ? Que vous apportent-ils dans votre carrière d’artiste ?

Ça se passe plutôt bien dans l’ensemble ! Il nous arrive souvent de signer plusieurs fois sur le même label. Même des très gros comme, Up Club Records. Ils nous apportent de la visibilité, du réseau, des contacts, des projets et toujours plus de motivation pour entreprendre de nouvelles choses !

Quels conseils donneriez-vous à un jeune artiste en musique électronique ?

De persévérer surtout ! De ne pas s’illusionner et de rien attendre en retour ! Prendre énormément de plaisir et faire ça avec toujours la même passion, chaque jour !

Quels sont vos projets à venir ?

Même si on est pas hyper fan du marketing, on doit bien se montrer un peu et montrer ce qu’on fait. Notre communauté grandie petit-à-petit déjà, c’est très encourageant et on se sent soutenu !

Plusieurs EP vont encore sortir sur des labels influents de la scène mondiale. Sleazy G, Up Club ou encore Delicious Recodring seront de la partie pour ne citer qu’eux.

Retrouvez Brothers In Arts sur le web :

Facebook

Soundcloud

Beatport

Instagram

À propos de l’auteur

Richard B editor